17 juin


Ex-voto offert le samedi 27 mai 2017
en la cathédrale-basilique du Puy-en-Velay
par la Confrérie Royale 
"au Sacré-Coeur de Jésus"
afin de Lui rappeler Sa promesse
que le Roi de France est le 
FILS AÎNE DE SON SACRE-COEUR
comme Il le déclara en juin 1689
à sainte Marguerite-Marie Alacoque à Paray.

Résultat de recherche d'images pour "louis xx"

Résultat de recherche d'images pour "drapeau blanc fleurdelysé sacré-coeur" Résultat de recherche d'images pour "drapeau blanc fleurdelysé sacré-coeur"

Dans la lettre numéro 100 – lettre qui ne porte pas de date mais qui fut écrite après le 17 juin 1689 – , après lui avoir décrit les grâces que la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus fera pleuvoir sur l’Ordre de la Visitation, sainte Marguerite-Marie confie ceci à la Révérende Mère de Saumaise, supérieure du monastère de Dijon : « Et voici les paroles que j’entendis au sujet de notre Roi : Fais savoir au Fils aîné de Mon Sacré-Coeur, que, comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de Ma sainte Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle… », suivent alors les fameuses demandes à l’intention du Souverain (in « Vie et oeuvres de la Bienheureuse Marguerite-Marie Alacoque » – 3ème édition, par Monseigneur Gauthey, tome deuxième, p. 436).




Le 17 juin 1689 fut le vendredi du Sacré-Coeur.

Evénement


Nouvelle inondation de la grotte de Lourdes

ce mercredi 13 juin à partir de 3h du matin.

Espagne

Escudo del ducado del infantado.svg

Décès du duc de l'Infantado, Grand d'Espagne

Ici avec sa fille Almudena, son successeur.

Né en 1941 dans l'une des plus anciennes familles de la noblesse espagnole, S.Exc. Inigo de Arteaga Martin, 19e duc de l'Infantado, était 15e marquis d'Armunie, 20e de Santillana, 14e d'Ariza, 18e de Laula, 10e de Valmediano, 18e de Cea, 22e comte de Saldaña, 20e du Real de Manzanares, 13e de la Monclova, 7e de Corres, 5e de Santiago, 22e seigneur de la Maison et du Palais de Lazcano, Almirante de Aragón, 5 fois Grand d'Espagne, Grand-Croix de l'Ordre du Mérite naval (Source : N&R).

Saxe-Weimar-Eisenach

Mort du neveu du grand-duc de Saxe-Weimar



S.A.S. le prince Georges-Constantin de Saxe-Weimar-Eisenach est décédé suite à une chute de cheval le 9 juin dernier près d’Apethorn Palace dans le Northamptonshire en Angleterre. Le prince était le fils du prince Guillaume de Saxe-Weimar-Eisenach et d’Eva Kovarcz. Né à Munich le 13 avril 1977, il avait épousé à Weimar 2015 Olivia Page. R.I.P.


Espagne



Cérémonie de l'Ordre militaire de Saint Herménégilde à l'Escorial.



3 juin

Résultat de recherche d'images pour "ste clotilde"

S a i n t e   C l o t i l d e,
Mère de la Patrie,
notre Première Reine,
priez pour nous !

Litanies royales



Litanies royales (1622)

Litanies et Prières royales, que tous catholiques doivent dire pour prier Dieu pour notre grand Roy Louis, afin que les Prières de ses Peuples et intercessions de la glorieuse Vierge Marie, il puisse obtenir victoire, sur les rebelles ses ennemis. 

Litanies royales pour dire durant les processions en tout temps

Kyrie eleison. Christe eleison. Kyrie eleison. 

Christe audi nos. Christe exaudi nos.

Pater de Coelis Deus, Salvum fac regem nostrum Ludovicum.

Rex salvator mundi Deus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum.
Rex mundi Creator, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex lucis aeternae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex coelestis gloriae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex tremendae Majestatis, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex pacifice, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Christe Messias, salvum fac Regem nostrum Ludovicum.
Rex aeterne Deus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Sanctorum Agminum, salvum fac regem nostrum Ludovicum. 
Rex Angelorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Prophétarum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Apostolorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Martyrum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Confessorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex sanctorum Virginum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Iustorum merces, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex bonitatis origo, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex fons pietatis, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex mitis ad ignoscendum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex multae misericordiae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex pater totius consolationis, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex sol occasum nesciens, salvum fac Regem nostrum Ludovicum.
Rex scutum et fides Abraham, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex filii David, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex spiritus Heliae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Dominus Noster, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex legifer noster, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex salvator noster, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex cuius misericordiae non est numerus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Via, Veritas et Vita, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex cui vivimus, movemur et sumus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex conterens malleum unisersae terrae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex fortis et potens in praelio, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Dominus Deus Sabaoth, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui fecisti magnalia Aegypto, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui terribilis in mari rubro, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui mirabilia in terra Chanaan, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui firmasti terram super aquas, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui perfudisti Aegyptum cum progenitis eorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum.
Qui posuisti mare in divisiones, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui excussisti pharaonem cum virtute sua in mari rubro, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui avertisti captivitatem Iacob, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui educis vinctos in fortitudine, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui traduxisti populum tuum per desertum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui eduxisti mel de petra et oléum de saxo durissimo, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui cibasti Israël de adipe fruimenti, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui converti petram in stagna aquarum, et rupes in stagna aquaru, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui percussisti Reges magnos, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui das salutem Regibus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui ponis nubem ascensum tuum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui ascendis super pennas ventorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui das escam omni carne, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui ponis fines tuos pacem, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui in humilate nostrae memor fuisti nostri, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Qui solus habes immortalitem, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex expectatio gentium, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex gloriae Israël, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex verbum caro factum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex nobis datus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex pro nobis datus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex pro nobis sanguinem fundes, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex pro nobis mortem passus, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex stimulis mortis, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex morsus inferni, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex horror daemonum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex resurrectio et vita mortuorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex illuminatio caecorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex auditus surdorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex lingua mutorum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex per quem reges regnant, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex vera spes principium, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex clypeus regnum, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex Dominus dominantium, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex oculus universi orbis, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 
Rex coeli et terrae, salvum fac Regem nostrum Ludovicum. 

Propitius esto Regi, te rogamus audi nos Ab omni malo, libera eum Domine. 
Ab omni peccato, libera eum Domine. 
Ab ira tua, libera eum Domine. 
A subitanea et improvisa morte, libera eum Domine. 
Ab insidiis diabolis, libera eum Domine. 
Ab odio et omni mala voluntate, libera eum Domine. 
A fulgura et tempestate, libera eum Domine. 
A morte perpetua, libera eum Domine. 
Per mysterium incanationis tuae, libera eum Domine. 
Per adventum tuum, libera eum Domine. 
Per Nativitatem tuam, libera eum Domine. 
Per sanctum Baptistum et ieiunium tuum, libera eum Domine. 
Per mortem et sepulturam tuam, libera eum Domine.
Per sanctam Resurrectionem tuam, libera eum Domine. 
Per admirabilem Ascensionem tuam, libera eum Domine. 
Per adventum Spiritus sancti Paracleti, libera eum Domine.
In die Iudicii, libera eum Domine. 

Ut Ecclesiam tuam sanctam tueatur ac protegat, Te rogamus audi nos. 
Ut mentem suam ad Coelestia desideria, Te rogamus audi nos. 
Ut victor exeat ab omnibus inimicis suis, Te rogamus audi nos. 
Ut Hostes suos superet, Te rogamus audi nos. 
Ut virtutum omnium percipiat incrementa, Te rogamus audi nos. 
Ut pacem suorum regnorum conferare digneris, Te rogamus audi nos. 
Ut omnes consilium suum confirmes, Te rogamus audi nos. 
Ut fis memor sacrificii sui, Te rogamus audi nos. 
Ut impleas omnes petitiones illius, Te rogamus audi nos. 
Ut exaudias illum de coelo sancto tuo, Te rogamus audi nos. 
Ut saluum facias illum, Te rogamus audi nos. 

Fili Dei, Salvum fac regem. 
Fili Dei, Salvum fac regem. 
Fili Dei, Salvum fac regem. 

Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, parce regi Domine. 
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, exaudi vocem orationis eius. 
Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, salvum fac Regem et exaudi nos in die qua invocaverimus Te.


V/ Fiat manus Tua super virum Dexterae Tuae.
R/ Et super filium hominis quem confirmasti Tibi.

Oremus.

Quaesumus, omnipotens Deus, ut famulus Tuus Ludovicus Rex noster, qui Tua miseratione suscepit regni gubernacula, virtutum etiam omnium percipiat incrementa quibus decenter ornatus est, et vitiorum monstra devitare, hostes superare, et ad Te, Qui via, veritas et vita es, gratiosus valeat pervenire. Per Christum Dominum nostrum.


Nous Vous prions, ô Dieu tout puissant, pour Votre serviteur notre Roi Louis, qui par Votre miséricorde a reçu le gouvernement de ce Royaume : qu'il reçoive aussi l'accroissement de toutes les vertus par lesquelles, ennobli comme il convient à son état, il évitera la laideur des vices, sera vainqueur des ennemis, et Vous soit assez agréable pour parvenir jusqu'à Vous qui êtes la Voie, la Vérité et la Vie. Nous Vous le demandons par Jésus-Christ Notre-Seigneur. Ainsi soit-il.

Merci à Henri !

Irlande

Après l'apostasie de l'Irlande

Résultat de recherche d'images pour "saint patrick"

Traduction du sermon prêché hier par dom Mark Kirby, prieur du Prieuré bénédictin de Silverstream, Stamullen, comté de Meath, Irlande, après la dépénalisation de l'avortement.
Résultat de recherche d'images pour "saint patrick"
Saint Patrice, Apôtre et Patron de l'Irlande.

Au nom de la Très Sainte Trinité, de laquelle découle toute autorité et à laquelle toutes les actions des hommes et des États doivent se conformer, comme notre but suprême, 
Nous, peuple de l'Irlande, 
Reconnaissant humblement toutes nos obligations envers notre Seigneur, Jésus-Christ, qui a soutenu nos pères pendant des siècles d'épreuves, 
Se souvenant avec gratitude de leur lutte héroïque et implacable pour rétablir l'indépendance à laquelle notre Nation avait droit, 
Désireux d'assurer le bien commun, tout en respectant la prudence, la justice et la charité, afin de garantir la dignité et la liberté de chacun, de maintenir un ordre véritablement social, de restaurer l'unité de notre pays et d'établir la paix avec toutes les autres nations, 
Nous adoptons, nous promulguons et nous nous donnons la présente Constitution.
Résultat de recherche d'images pour "irlande"

Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen.

En cette fête de la Très Sainte Trinité, deux jours après l'apostasie nationale par l'Irlande de la Sainte Foi Catholique, comment pourrions-nous entendre l'Evangile qui a été chanté il y a quelques instants sans nous rappeler la Constitution que le peuple irlandais s’est donnée il y a 80 ans en 1938 ? Le vote de vendredi ne portait pas seulement sur l'avortement ; il s'agissait de tuer l'âme de l'Irlande, d'étouffer tout ce qui faisait de l'Irlande un phare parmi les nations, de renoncer publiquement à tout cela, depuis le temps où saint Patrick avait allumé son feu ardent sur la colline de Slane, faisant de cette île notre patrie un magnifique foyer catholique accueillant dans un monde devenu froid et sombre. L'Irlande était, parmi toutes les nations de la terre, celle qui envoyait sans compter ses fils et ses filles, intrépides dans la confession de la Sainte Trinité, pour apporter la lumière de la foi jusqu’aux coins les plus reculés du globe.

Et Jésus, venant, leur parla, disant : Toute puissance m'a été donnée dans le ciel et sur la terre. Allez donc, enseignez toutes les nations; les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. (Matthieu 28, 18)

Comment en sommes-nous arrivés là ? Parmi ceux qui ont voté "oui" vendredi, le plus grand nombre a été baptisé et marqué du sceau du Don du Saint-Esprit par la confirmation. Certains d'entre eux ont été confirmés il y a seulement quelques années. Parmi eux se trouvaient des gens qui un jour se sont agenouillés à l'autel pour recevoir l'adorable Corps du Christ, formé par le Saint-Esprit dans le sein de la Vierge Marie, immolé sur la Croix, ressuscité du tombeau, monté au ciel et qui reviendra dans la gloire. Parmi eux se trouvent des gens qui (et je le dis avec crainte et tremblement) oseront même se présenter à la Sainte Communion aujourd'hui. Pour ceux-ci, je ne peux que répéter ce que l'Apôtre dit :

Quiconque mangera ce pain, ou boira le calice du Seigneur indignement, sera coupable du corps et du sang du Seigneur. Mais que chacun s’éprouve lui-même, et qu'il mange de ce pain et boive du calice. Car celui qui mange et boit indignement, mange et boit son jugement, ne discernant pas le corps du Seigneur. (1 Corinthiens 11, 27-29)

On ne peut pas dire que nous n'avons pas été prévenus. Dieu a envoyé ses prophètes en Irlande. Certains ne sont venus - je pense à saint Jean-Paul II en octobre 1979 - que pour être acclamés et aussitôt oubliés, sinon ridiculisés et haineusement méprisés. La lettre du pape Benoît XVI aux catholiques d'Irlande, écrite il y a seulement huit ans, était prophétique. Qu'est-elle devenue ? Pourquoi a-t-elle été classée et non prise en compte ?

On rapporte des célébrations de victoire à Dublin et ailleurs : un chant satanique, des railleries lancées contre Notre Seigneur, contre Sa Mère Vierge et contre l'Église. Tout ce climat fait étrangement penser à la France de 1789, au Mexique de 1910, à la Russie de 1917, à l'Allemagne de 1933 et à l'Espagne de 1936. Pire encore que cette foule qui veut célébrer le choix de la mort contre la vie, sont les mensonges complaisants de ces souriants ministres du gouvernement qui, avec une satisfaction suffisante, parlent d'une Irlande nouvelle, d'une Irlande de compassion, de justice et de respect pour les femmes. L'accent dans tous ces discours est celui de l'ancien serpent :

Or, le serpent était plus habile que toutes les bêtes de la terre que le Seigneur Dieu avait faites. Et il dit à la femme : Pourquoi Dieu t'a-t-il commandé de ne pas manger de tous les arbres du paradis ? La femme lui répondit : Nous mangeons du fruit des arbres qui sont au paradis ; mais quant au fruit de l'arbre qui est au milieu du paradis, Dieu nous a commandé de ne pas en manger ; et que nous ne devrions pas y toucher, de peur que nous ne mourions. Et le serpent dit à la femme : Non, vous ne mourrez pas de mort. Car Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal. (Genèse 3, 1-5)

Vous me pardonnerez de répéter aujourd'hui les paroles du prophète Ezéchiel :

Tu t'es prostituée avec les nations parmi lesquelles tu as été souillée par leurs idoles. Tu as marché dans le chemin de ta sœur, et je mettrai sa coupe dans ta main. Ainsi parle le Seigneur, l'Eternel : Tu boiras la coupe de ta sœur, profonde et large, et tu seras un objet de risée et de raillerie ; sa capacité est très grande. Tu seras remplie d'ivresse et de douleur, avec la coupe de chagrin et de tristesse, avec la coupe de ta sœur Samarie. Et tu la boiras, et tu la boiras jusqu'à la lie, et tu en dévoreras les morceaux ; tu déchireras ta poitrine, parce que je l'ai dit, dit le Seigneur, l'Éternel. (Ezéchiel 23, 30-34)

Que nous reste-t-il ? Je vais vous dire ce qui reste:

Et maintenant il reste la foi, l'espérance et la charité, ces trois-là: mais le plus grand d'entre eux est la charité. (1 Corinthiens 13, 13)

Approchez-vous de l'autel du Saint Sacrifice, comme nos ancêtres s’approchaient des « rochers de messe »*. L'autel est le Foyer Divin de l'Irlande. Ce n'est pas pour rien que l'autel de l'Agneau fut montré à Knock en 1879. Tombez en adoration et en réparation. Pleurez vers la Mère Immaculée de Dieu, toujours Reine d'Irlande et Mère Douloureuse. Mon cher père, avec toute la sagesse de ses 91 ans, m'a dit hier : « Dieu a un plan. Dieu aura le dernier mot. » Et que dit Notre Seigneur dans l'Évangile d'aujourd'hui ? Il dit ceci : « Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la consommation du monde » (Matthieu 28, 20). Dans cette promesse de Dieu faisons reposer toute notre espérance. 


* « Mass rocks ». On appelait ainsi les rochers où l’on célébrait la messe, dans les bois ou en rase campagne, au moment de la persécution.