Actualité

Entretien de S.Exc.R. Mgr Athanase Schneider 
avec Daniel Blackman, d’One Peter Five 
(3 mars 2016 - Traduction par Anna, sur le site benoit-et-moi).

Afficher l'image d'origine

Au cours de sa visite d'une semaine en Angleterre la semaine dernière, Athanasius Schneider, le très connu et très respecté évêque auxiliaire d'Astana, au Kazakhstan, a donné une interview percutante, abordant de nombreux sujets. L'Évêque Schneider a affronté avec moi, en exclusivité, des questions controversées, notamment l'évangélisation des Juifs et des Musulmans, le récent commentaire du Pape sur le virus Zika et la contraception, la Franc-Maçonnerie à l'intérieur de la hiérarchie, évoquant aussi pourquoi il refuse de laisser la peur l’empêcher d'enseigner les vérités de la Foi Catholique.

Daniel Blackman: Vous êtes désormais venu plusieurs fois en Angleterre. Qu'aimez-vous, en venant ici, et qu'est-ce qui distingue les Catholiques que vous rencontrez ici?
Mgr Athanasius Schneider : Il est magnifique de rencontrer le jeune clergé, et aussi les jeunes laïques, c'est encourageant pour moi. Je pense qu'ils continuent de transmettre les nobles traditions des Catholique Anglais qui étaient connues dans le monde entier. Ils ont été persécutés, et ont donné leur vie pour la Foi catholique.
Je pense donc que la situation actuelle de l'Église, avec cette crise profonde, est assumée par de bons catholiques, laïcs et prêtres, surtout ici en Angleterre, comme à ces époques de martyrs, confesseurs et prêtres aussi, il est encourageant que les Catholiques Anglais restent fidèles à leur noble héritage catholique.

Pouvez-vous me parler de votre vie de prière? Quelles sont vos dévotions spéciales?
Depuis ma jeunesse j'ai eu une profonde dévotion à la sainte Eucharistie, surtout l'adoration de l'Eucharistie. Je la fais tous les jours si je peux. Je la considère indispensable pour la vie d'un prêtre catholique. Bien sûr, nous avons la Sainte Messe qui est chaque jour la plus grande chose, je la prépare ainsi très bien, et nous récitons le Bréviaire. Tout prêtre, si c’est possible, doit s'efforcer de faire l'adoration chaque jour. Être en présence de Notre Seigneur Eucharistique, avoir avec Lui ce dialogue intime, est une nécessité, je l'aime.

Dans l'Église il y a une longue histoire de Juifs convertis à la Foi - Alphonse Ratisbonne, Sainte Edith Stein, Eugenio Zolli, le Grand Rabbin de Rome pendant la 2e Guerre Mondiale, et plus récemment l'ex-rabbin orthodoxe Jean-Marie Eli Setbon. Et pourtant, un document récent de la Commission pour les relations religieuses avec le Judaïsme affirme qu'il n'y a pas de mission formelle organisée pour convertir les Juifs (par. 40-49). Est-ce vrai? S'agit-il d'une correction de l'enseignement et de la pratique précédents?
C’est vraiment erroné. Cela contredit les paroles de Notre Seigneur qui dit "Allez et enseignez à tous les peuples", il n'a pas dit "tous les peuples sauf le peuple Juif", il a dit toutes les nations, et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Jésus a dit que si vous ne croyez pas vous n'aurez pas la vie. Il a dit cela aussi aux Juifs, et continue de le dire aux Juifs de nos jours. Eux aussi doivent être obéissants à l'alliance avec Dieu que Jésus a instituée. C'est pourquoi les Apôtres ont prêché aux Juifs dans la synagogue.
Pendant 2000 ans l'Église a toujours prié pour la conversion des Juifs. C'est un acte de miséricorde et d'amour. L'Église invite et encourage les Juifs à venir au Christ. Il y a eu des convertis, même des saints qui étaient des convertis juifs. Alphonse Ratisbonne avait fondé une congrégation religieuse pour évangéliser le peuple juif. C’est donc toujours valable pour moi, et aucun document de l'Église ne peut l'invalider car cela contredit les paroles de Notre Seigneur, cela contredit les Apôtres, et toutes les paroles immuables et permanentes de l'Église pendant plus de 2000 ans.

Ce document vient de l'intérieur de l'Église, d'un organe officiel du Vatican, comment cela est-il possible?
C’est bien triste. Ce document n'a pas de valeur infaillible, ni l'intention d'être infaillible, il n'est pas une expression authentique du Magistère. Il y a eu dans l'histoire de l'Église des documents de caractère pastoral et qui contentaient des erreurs, et ce document contient des erreurs. Ce qui n'est pas infaillible peut se révéler erroné. Je le répète, l'Église a toujours enseigné uniquement ces affirmations qui sont enseignées ex cathedra ou qui sont enseignées par le Magistère universel - le pape et les évêques enseignant pendant une longue période, de nombreux siècles. Le document mentionné contient par contre une nouvelle doctrine, une opinion, une théorie.

Les Conférences épiscopales d'Angleterre & Galles et d'Allemagne ont réclamé que la prière pour les Juifs du rite traditionnel du Vendredi Saint soit changée, afin de l'aligner avec l'actuelle pratique inter-religieuse avec les Juifs. Serait-ce une bonne chose? Y a-t-il quelque chose qui ne va pas dans l'actuelle prière?
Je ne sais pas ce qu'ils veulent, mais il nous faut voir la vérité. C'est contre la charité et l'amour envers les Juifs. Si je les aime, je veux qu'ils connaissent et aiment Jésus et qu'ils puissent être lavés par le très précieux sang de Jésus, et qu'ils connaissent la Très Sainte Trinité. Par conséquent je dois prier pour leur conversion. Je m'interroge, les évêques allemands et anglais, ils ne sont pas la totalité des évêques. Il y a certainement, j’en connais, des évêques, qui ne sont pas d'accord avec cela. Je ne pense pas que cette opinion soit correcte, elle est invasive. C'est la nomenclature administrative qui prétend représenter tous les évêques d'une nation. Cette méthode de fonctionnement de la conférence épiscopale est en soi très problématique, elle agit à l'encontre de la structure divine de l'Église.

Vous vivez dans un pays où il y a 70% de Musulmans. Quelle est votre expérience de vivre dans un pays à majorité musulmane? Y a-t-il coopération ou conflit? Les Musulmans deviennent-ils Catholiques?
Grâce à Dieu il y a paix et harmonie, les gens sont très tolérants, et il n'y a pas d'hostilité. Il n'y a pas eu d'extrémisme dans la mentalité et la culture des gens, et le gouvernement soutient très activement le dialogue inter-religieux. Ils sont très vigilants pour éviter les extrémistes, ils expulsent même du pays.
Le gouvernement organise des rencontres pour partager les valeurs communes de la société, il n'y a rien de théologique dans ces rencontres, juste une contribution à l'amélioration de la vie sociale des gens, ce que je considère très positif. Par exemple, dans cette idéologie mondiale du gender qui est imposée à une échelle mondiale avec des méthodes dictatoriales, les Musulmans partagent, grâce à Dieu, la même opinion sur cette question. Nous condamnons ensemble le programme gender et les influences qui sont contre la famille.

L'Église Catholique a-t-elle une mission envers les Musulmans?
Oui, c'est aussi notre mission, ils sont rachetés par le Christ, et ils doivent connaître le Christ de même que les Juifs. Mais il est bien-sûr difficile d'évangéliser les Musulmans dans les pays islamiques. C'est très dangereux. Mais nous pouvons au moins donner, dans ces pays, notre témoignage et notre présence. J'ai des expériences de gens du milieu musulman, qui commencent à rechercher le Christ et demandent la vérité, j'ai donc été témoin de conversions dans mes contacts personnels. Depuis que nous avons la liberté, et puisqu'en Europe nous ne sommes pas encore dans des pays à majorité islamique, je dis pas encore, puisque cela peut arriver, mais ce n'est pas encore arrivé, nous pouvons et devons utiliser la mission envers nos voisins Islamiques, non pas le prosélytisme, qui n'est pas moralement correct, mais pour évangéliser.

L'Europe a subi de nombreuses attaques terroristes islamiques - Paris, de graves inquiétudes en Belgique, et aussi au Proche Orient, certaines parties de l'Afrique, le Pakistan, entre autres. Pourquoi cela se produit-il?
Eh bien, je ne sais pas exactement comment l'ISIS et né, mais nous constatons qu'il serait impossible pour ISIS d'avoir autant d'armes s'ils n'étaient pas financés et soutenus par quelqu'un de puissant. Ils font du business d’armes à une échelle telle que ce ne serait pas possible sans un état qui donne, peut-être à travers des intermédiaires, le financement et les armes dont ils ont besoin.
Un autre point que je voudrais souligner est que la communauté internationale - les USA, l'OTAN - ont assez de puissance pour achever l'ISIS, ils auraient pu le faire au début. Ils ont de bons, de très bons, services secrets qui connaissaient déjà de la montée d'ISIS, mais ils n'ont rien fait. L'UE, l’OTAN, les USA, n'ont rien fait, et pourtant ils en avaient connaissance. Ils n'ont pas empêché l'ISIS. Ils ont assez de puissance, et cependant ils ont permis le mouvement terroriste de l'ISIS.

Savez-vous pour quelle raison?
Je ne connais pas leurs intentions, les intentions des puissants de ce monde, les États occidentaux. Je ne sais pas pourquoi ils ne l'ont pas empêché. On peut dire qu'indirectement ils l'ont soutenu. Il se pourrait qu'ils aient des objectifs politiques. À travers l'ISIS, ils ont programmé de susciter l'invasion de nombreux musulmans vers l'Europe, de provoquer la déstabilisation, y compris au cœur de l'Europe, pas seulement au Proche Orient. Une si grande présence de gens d'une autre culture, avec une vision plus radicale de la religion islamique, va provoquer au fil du temps des conflits et des tensions avec la population locale. Elle est et sera la cause d'instabilité et confusion générales. Quelqu'un qui est puissant voudrait peut-être utiliser cette instabilité dans un dessein.

L'Église a une longue histoire, sur des siècles, de dénonciation de la Franc-Maçonnerie. Or, le nouveau code de droit canon a supprimé toute référence à la maçonnerie, et on ne voit plus de documents on n'entend plus rien des leaders de l'Église à ce sujet. Cela peut donner l'impression que la Maçonnerie n'est plus un danger. Les loges maçonniques ont aussi accueilli chaleureusement le Pape François.
La Franc-maçonnerie est en soi intrinsèquement non compatible avec la foi chrétienne ou catholique, elle est intrinsèquement non compatible parce que la nature de la franc-maçonnerie est anti-chrétienne. Ils nient le Christ et nient les vérités objectives, ils promeuvent le relativisme, qui est contraire à la vérité, à l'Évangile. Ils promeuvent ainsi les erreurs doctrinaires de la philosophie maçonnique. Cela est incompatible avec la foi chrétienne et catholique.
La Franc-maçonnerie a aussi un aspect ésotérique, qui n'est pas Chrétien. Ils ont des rituels et des cérémonies qui sont ésotériques, ce qu'ils admettent ouvertement, et ces cérémonies sont contraires à la foi. Leurs symboles et rituels montrent qu'ils sont contre les vérités divines dans l'Évangile - ces choses montrent que la Franc-maçonnerie est une autre religion. Je répète, la franc-maçonnerie est une autre religion, c'est une religion contre le Christ.
Même lorsqu'ils font de bonnes œuvres, la philanthropie et ainsi de suite, ces aspects dangereux demeurent. Leur philanthropie n'est pas une justification pour nous faire accepter la franc-maçonnerie, juste à cause de leur bon travail philanthropique. La déclaration de 1983 de la Congrégation de la Doctrine de la Foi sur la franc-maçonnerie est toujours valide. Selon cette Déclaration, devenir franc-maçon est un péché mortel - même le pape François n'a pas changé cette loi. Cet enseignement est officiel et toujours valide.

Les sites et publications maçonniques parlent régulièrement de manière favorable du pape François. Pourquoi cette réception favorable du Pape François?
Eh bien, ils doivent nous le dire, concrètement. Ce qu'ils veulent faire avec leurs déclarations n'est pas un signe clair de quelles sont leurs intentions.

En 2013, sur le vol de retour de Rio de Janeiro, le Pape François a fait référence à un lobby maçonnique. Récemment, le Cardinal Ravasi, dans le journal italien Il Sole 24 Ore, a appelé à un nouveau dialogue et à des valeurs communes avec la Franc-maçonnerie. La Maçonnerie a-t-elle gagné, dans l'Église?
Nous savons évidemment que la Franc-maçonnerie est une des influences les plus puissantes à tous les niveaux de la société humaine. Ceci est clair et manifeste. En principe, si l'on est un soutien, un leader dans une organisation anti-chrétienne très influente, il y a la tendance à infiltrer l'organisation qui est votre ennemie, c'est tout à fait logique. Il est donc logique qu’au cours des siècles, ils aient essayé et probablement réussi à s'infiltrer aux différents niveaux de l'Église, pour moi, ceci est clair.
Il est difficile de prouver de façon concrète, d'identifier, qui est un affilié. C’est très difficile et dangereux, car il peut arriver que quelqu'un soit accusé d'être affilié, et qu’il soit ensuite prouvé que la personne ne l'est pas formellement. C'est le secret et l'ésotérisme de la franc-maçonnerie qui le rendent si difficile.
On peut soupçonner, par son discours, qu'un clerc, un prêtre, un évêque ou un cardinal, a des connections avec les maçons. Nous entendons des clercs parler comme des franc-maçons, de toute évidence, dès qu'ils ouvrent la bouche ils utilisent des termes et des concepts qui sont typiquement maçonniques. Il pourrait être un membre, mais vous devez le prouver, mais au moins lorsqu'il parle il a l'esprit d'un franc-maçon, il n'est peut-être pas formellement affilié, mais certains évêques et cardinaux parlent clairement avec un esprit maçonnique. Je souligne que cela ne signifie pas qu'ils sont formellement affiliés aux franc-maçons.

Le Pape François vient de rencontrer le Patriarche Orthodoxe de Russie. Que pensez-vous de la rencontre? Réalisera-t-il l'unité avec Rome, ou conduira-t-il à une Église synodale qui permette la Sainte Communion aux remariés?
En premier lieu, la rencontre en soi est une cause de joie, qu'elle ait eu lieu, car les Orthodoxes sont une Église forte avec de belles et authentiques traditions, images, dévotion à Notre Dame, les anges, des liturgies dévotes, une Sainte Messe célébrée d'une belle manière, pénitence, jeûne, traditions monastiques, ils ont tant de vraies traditions catholiques qu'ils ont gardées.
Il me semble que cette rencontre était conditionnée politiquement, elle a été faite très vite, avec une motivation davantage politique. Et je ne crois pas que cette rencontre aura un impact afin que l'Église devienne plus synodale, ou qu'il devienne facile pour les couple divorcés et remariés de recevoir la Sainte Communion, comme ils le permettent dans l'Église Orthodoxe.
Je partage les fortes affirmations du pape et du patriarche sur la famille, contre l'idéologie du gender, et contre la persécution des Chrétiens, mais ce que je ne partage pas, c’est l'affirmation sur les Uniates, c'est une injustice, car les Uniates voulaient être unis au pape dans le passé, depuis le Concile de Florence au 15e siècle. Ce fut très positif, avec beaucoup de fruits - saints, martyres, on ne peut pas dire ainsi que c’était une erreur.
Et aussi, l'affirmation sur le prosélytisme, c'était une accusation contre l'Église Catholique. Je vis dans une région orthodoxe et l'Église ne fait pas de prosélytisme - cette affirmation était injuste. Je pense donc que le Saint Siège a cédé à la pression du patriarche. Il semble que les Orthodoxes aient dicté certains points à accepter, et cela est contre la vérité et contre la justice, un tel dialogue n'est pas un vrai dialogue œcuménique. Le dialogue doit être fraternel, égal au niveau humain, tous ces compromis, qui nuisent à la vérité et à la justice, ne donneront donc pas les fruits d'une réelle unité.

Le Pape François a à nouveau donné une interview sur l'avion de retour de Cuba. Il a fait un commentaire sur le virus Zika et l'usage de la contraception. Il a cité le cas les religieuses du Congo, et le discernement. Le Père Lombardi SJ a clarifié le commentaire di Pape. Les évêques des Philippines ont publiquement réclamé une révision de l'enseignement de l'Église dans ce domaine. S'agit-il vraiment d'un débat que l'Église doit affronter, ou bien de manœuvres de la part de gens qui, à l'intérieur et à l'extérieur de l'Église, veulent que l'enseignement sur la contraception soit changé?
Cela fait partie d'un plan, clairement, pour changer les vérités de l'Église sur la moralité, dans le dossier de la contraception. C'est tout un plan, une grande pression, et un agenda dans la domaine de la contraception. Dans l'Église de nos jours il existe le danger d'une admission pratique du divorce et de la réception de la Sainte Communion, c'est un déni pratique de l'indissolubilité du mariage.

Parlez-vous du procès réformé de nullité?
Oui, le procès réformé de nullité du mariage, à mon avis, contient lui aussi un danger de banalisation et de superficialité dans le procès lui-même; il contient en soi, dans les nouvelles règles, un danger d'attaque contre la sainteté et l'indissolubilité du mariage. Si vous traitez une chose sainte d'une manière superficielle et hâtive, d'une manière banale, c'est irresponsable. En théorie, aujourd’hui, les nouvelles normes sont contraires à la pratique toujours de l'Église, car il y a toujours eu dans le procès la présomption de la validité du mariage, c'était toujours présumé, à cause de la défense de la sainteté du mariage. Les nouvelles normes présument par contre l'invalidité du mariage dès le début. C'est un changement de mentalité dangereux.
C'est l'esprit du monde qui attaque, et c’est pareil avec la contraception. Les vérités de l'Eglise sont immuables et resteront telles. Le pape Paul VI dans Humanae Vitae et le pape Jean-Paul II dans Veritatis Splendor et Familiaris Consortio ont enseigné que la contraception est en soi toujours intrinsèquement mauvaise. Il n'y a pas de circonstances ni d'exceptions qui justifient un acte intrinsèquement mauvais. Les Papes Paul VI et Jean-Paul II l'ont confirmé.

Vous vous exprimez sur quantité de questions importantes, donnant aux fidèles un enseignement clair et vraiment catholique. Ne craignez-vous pas les attaques? Vous semblez vous préparer à devenir une cible - les évêques peuvent être déplacés, des attaques des médias sont lancées, des réputations détruites.
Je n'ai ni craintes ni préoccupations, au sujet de possibles transferts ou attaques, car le sens de ma vie et toute mon ambition, ce sont les vérités du Christ et d'être fidèle à Dieu, et d'être reconnu par Dieu, et non pas par les évêques, les médias, même pas par le pape, mais en premier lieu par ma conscience et par mes vœux donnés au Christ par le Baptême et la consécration épiscopale, de garder la vérité pure et intègre, et même d'être prêt à donner ma vie pour elle. Ceci est mon désir et mon but, je ne me soucie pas de ce que les gens diront. Il est ridicule de craindre l'opinion humaine car demain elle change. Je dois me soucier de ce que Dieu pense. Les gens passent très vite, l'opinion de Dieu reste, je me soucie de plaire à Dieu d'abord.
Je suis un évêque auxiliaire dans un diocèse, je suis heureux, et lorsque le pape me transférera, je m'en acquitterai et j'obéirai, et j'amènerai partout en tout lieu le désir de défendre la vérité.

La charité est la plus grande des vertus. Quels actes de charité, spirituelle et corporelle, est-il le plus nécessaire pour les Chrétiens de pratiquer aujourd'hui?
Premièrement, dans la hiérarchie des valeurs, ce qui est le plus important est ce qui est éternel et immortel, c'est l'âme, les valeurs éternelles, et la vie éternelle. C'est pourquoi ces actes de charité qui visent à transmettre la vie éternelle à mon prochain et à lui transmettre les vérités éternelles, de l'aider à sauver son âme, ces actes sont les plus nécessaires. Évidemment il nous faut en même temps aider immédiatement une personne dans le besoin, qui a faim et ainsi de suite, aider est très naturel, ce doit être fait. Mais comme Catholiques nous ne pensons pas uniquement à donner de la nourriture et des vêtements, il nous faut aussi donner la lumière de la Foi, il ne faut pas l'oublier. Aimez Dieu d'abord, et aimez votre prochain comme vous-mêmes.
Dieu nous demande de L'aimer avec tout notre esprit, notre force et notre cœur; Il réserve cela pour Lui-même. Jésus nous a appris à aimer les autres comme nous-mêmes, et à aimer les autres comme Il nous a aimés. Il nous faut donc aimer avec l'amour du Christ. Il est venu pour sauver nos âmes, et non pas d'abord ou seulement notre corps, et pour nous donner Sa vérité divine. Il a versé Son sang pour le salut de nos âmes.
Il nous faut donc nous aimer les uns les autres comme le Christ nous aime. Notre tâche première est donc d'aimer Dieu, de préférer Dieu et Sa vérité jusque dans nos vies temporelles, prêts à être des martyrs pour le Christ, et d'aimer les autres comme nous-mêmes et comme le Christ nous a aimés - nous sacrifiant pour le bien des autres.

Blason

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire