Eloge funèbre du roi Louis XVI en 2016 (R.P. Thomas, SJ)

Homélie du R.P. Jean-François Thomas, SJ, lors de la Messe de Requiem pour Louis XVI, le 21 janvier 2016, en l’église Saint-Germain-l'Auxerrois.

Afficher l'image d'origine

Regardons un instant le Roi, trahi depuis des années par certains des siens, de ses proches et de ses conseillers, par la noblesse et par le haut clergé, alors qu'il est escorté, humilié, par les sapeurs, les dragons entourant sa voiture au retour de Varennes.
Le peuple de France qui l'aimait unanimement quelque temps auparavant, l'insultait désormais tout au long du chemin qui annonçait le Calvaire. La Reine était pâle, tremblant pour ses enfants qui pleuraient dans le vieux fiacre. Ce jour-là, cet homme qui n'avait jamais été qu'un Roi, franchit le seuil qui le conduisait vers le sacrifice, et il souriait d'une incroyable et surnaturelle joie car désormais, il souffrait de la douleur divine qui ne l'abandonnerait pas jusqu'à l'échafaud.
De retour aux Tuileries, désormais prisonnier mais encore protégé par le trouble La Fayette, le Roi se mit à lire la vie de Charles Ier d'Angleterre, pressentant ce que serait sa fin. Le Dauphin, dans un cauchemar, se vit entouré de loups, de tigres, de bêtes féroces qui voulaient le dévorer. Le Roi était vaincu et cependant, il n'avait jamais été aussi fort et assuré. Il travaille pour la France car il sait qu'elle lui survivra même si elle est infidèle et devenue folle. Il est Roi de France et non point roi des Français comme le décide alors l'Assemblée. Lorsque les sans-culottes et les femmes vociférantes envahissent le palais, armés de piques et prêts à massacrer la famille royale, Louis XVI, serein, calme, fit reculer cette foule abominable par sa majesté. Le regard du Roi faisait reculer la haine.
Léon Bloy, dans La Chevalière de la Mort, écrit ces mots de braise : « Quand la parfaite ignominie vient s'ajouter à la suprême douleur ; quand le mépris universel, sous sa forme la plus affreuse, vient déshonorer le supplice ; le sublime humain se transfigure et s'élance dans un empyrée nouveau.
La Poésie du sang et des larmes se manifeste alors, sans rhétorique ni voiles, découronnée de son terrible bandeau. C'est la poésie surnaturelle de la Passion du Sauveur.
Qu'elle le veuille ou non, la douleur d'un homme doit passer par là pour mériter qu'on l'aperçoive dans l'Océan sans rivages des douleurs souffertes ».
Il faudrait être Bossuet pour décrire tant de souffrance et la comparution apaisante devant la Justice de Dieu après avoir été écrasé par le tribunal des hommes. Peut-être suffirait-il de sangloter en silence tant le mystère de cette iniquité est sans horizon...
Le Roi décapité, le pays tout entier le fut et l'est encore.
Notre peuple est ingrat, il l'a toujours été depuis la fin de ce Moyen Age qui fut époque de foi, d'outrances surnaturelles, de péchés et de grâces à foison. Notre peuple est violent, sanguinaire. Il l'a prouvé tant de fois depuis 1789. Notre peuple est surtout orphelin et il se cherche désespérément un père de substitution depuis qu'il a tué le sien. Ce ne sont point les simagrées républicaines qui peuvent contenter sa soif et sa faim. Il a voulu tuer Dieu et le Roi. Il n'a réussi qu'en partie et demeure hanté par le souvenir de sa grandeur et la profondeur de son apostasie.
Pensons simplement à ces liturgies laïques misérabilistes qui couronnent désormais chaque disparition parmi ceux qui sont considérés comme de grands hommes et chaque attentat commis par les infidèles. Notre peuple essaie de se raccrocher à ce qu'il connaît encore, si peu, de ses racines. Il a signé son arrêt de mort en condamnant son Roi. Tandis qu'il violait les tombes royales et princières, qu'il déterrait et démembrait les cadavres, il procédait à son propre ensevelissement.
Dies irae... Ensevelissement d'un pays, d'une Tradition, d'un Trône, d'un Autel, d'un Monde. Notre pauvre et douce France n'a cessé depuis d'être déchevelée par les démons. Les appels à la conversion plusieurs fois répétés, notamment à La Salette, n'y font rien. Nous regardons impassibles la Sainte Vierge en pleurs, Elle qui couvre de son manteau de miséricorde notre terre ancestrale.
Alors ne nous étonnons pas que des fléaux nous déciment depuis deux siècles : les guerres napoléoniennes laissant la France exsangue après la terreur révolutionnaire, la Commune suivant la défaite de Sedan ; et puis les hécatombes de la Grande Guerre, de la Seconde Guerre mondiale, les massacres de l'épuration, le corps de nos officiers d'élite saigné à blanc en Indochine; la révolution de 1968 qui bouleversa le peu de mœurs qui subsistaient en cette Ve République qui accumule les lois iniques, ne respectant ni les enfants à naître, ni les agonisants, ni le mariage selon la loi naturelle...
Le 21 janvier 1793, avec la tête de notre souverain, roulèrent à terre toutes les grandeurs de notre royaume sur terre, images, certes imparfaites, mais images tout de même, du Royaume vers lequel nous tendons tous, sinon nous ne serions pas dans cette église aujourd'hui à prier pour le repos de l'âme d'un mort, un simple fils de la terre, couronné, mais paraissant dans la nudité du baptême devant le divin Père, juge et miséricorde.
Nous ne sommes pas ici pour un hommage. L'Eglise n'a que faire des congratulations mondaines. Dans sa liturgie des défunts, elle dirige tous nos sens vers les fins dernières, nous invitant à contempler notre propre mort et à nous y préparer.
Le Roi avait rédigé en décembre 1792 son testament, qui n'est que pardon et humilité. Le fils de la terre y est déjà fils du ciel. Il refuse toutes les manœuvres pour le délivrer qui pourraient faire couler le sang d'un seul de ses sujets. Le 19 janvier il relit une nouvelle fois le récit de la mort de Charles Ier et rédige un logogriphe laissant apparaître le mot « sacrifice ». Parmi les rares demandes que lui accorda la Convention, nerveuse et inquiète face au royal prisonnier tout habité de paix intérieure, figure l'autorisation de recevoir l'aide spirituelle de l'abbé Edgeworth. Alors qu'il vient de faire ses adieux à sa famille, de rappeler de nouveau au jeune Dauphin ses devoirs religieux et celui de pardonner à ses bourreaux, tandis que la Reine défaillait à son départ, il avoue à l'Abbé : « Ah ! Monsieur, quelle entrevue que celle que je viens d'avoir ! Faut-il que j'aime et que je sois si tendrement aimé ? Mais c'en est fait, oublions tout le reste pour ne penser qu'à l'unique affaire de notre salut ; elle seule doit en ce moment concentrer toutes mes affections et mes pensées ».
Il se confessa et grâce à un privilège arraché par l'Abbé aux commissaires qui le surveillaient, il put entendre la messe et communier à six heures de l'aurore du 21 janvier. Cette messe était une messe identique à celle célébrée aujourd'hui, bien qu'elle ne fût pas de requiem. Voilà pour nous le moyen béni d'être en union et en communion avec toutes ces générations de fidèles qui nous ont précédés et qui ont prié avec les mêmes formules intangibles. La messe ne s'acheva-t-elle pas, de mystérieuse façon, sur cet échafaud entouré par une foule partagée entre la furie et les pleurs ? Si la mort est la dernière messe de chaque prêtre, elle l'est aussi du souverain qui se sacrifie pour son peuple l'ayant trahi et renié. « Faites ce que vous voulez, je boirai le calice jusqu'à la lie » murmura le Roi aux bourreaux.
Mes chers frères, les trompettes des épouvantements suprêmes retentissent dans le Ciel à chaque fois qu'un innocent est mis à mort. Le Jugement dernier n'est pas une fable pour enfants.
Que la mort de notre Roi, homme imparfait et pécheur comme tout un chacun, mais juste et bon, ne soit pas pour nous un sujet de nostalgie mondaine mais fasse grandir en notre âme le désir de mourir comme lui en fils de l'Eglise. Chaque siècle porte en lui, en son milieu, un ravin creusé par le torrent du sang des innocences égorgées. Destin extraordinaire, honneur insigne que d'être ainsi marqué par Notre Seigneur pour participer au banquet des élus.
Notre pays doit se préparer spirituellement à connaître de nouveau une telle hécatombe car le fléau de l'islam déferle sur la Fille aînée de l'Eglise avec la complicité de tous les politiques et la lâcheté des clercs. Nous ne pourrons pas échapper à ce terrible témoignage, même si nous bandons nos yeux et refusons de regarder la réalité. La raison moderne a la haine du Surnaturel. Nous aimons contempler les saints et les martyrs sur les fresques des coupoles car alors ils sont très éloignés de nous et ne risquent donc point de nous emporter dans leur envol.
Le dix-huitième siècle fut un siècle petit dans tous les sens du terme, et encore plus en sainteté après l'éclat du dix-septième siècle, le Grand Siècle. Notre siècle lui ressemble en bien des points. Il fallut la Révolution pour que surgissent alors des martyrs par myriades, dans la paysannerie, le petit peuple, l'aristocratie, le clergé. Cette purification était nécessaire. L'aplatissement universel et contemporain des âmes ne peut que déboucher sur un épilogue identique. Un épilogue annonciateur d'une renaissance. Alors préparons nos armes spirituelles, comme le Roi à la veille de son exécution. Ne soyons pas surpris sans huile dans nos lampes. Ce monde va avoir besoin de notre lumière.
An Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit.
Ainsi soit-il.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire