Vendredi Saint




- le Vendredi Saint.
Au commencement des temps, au sixième jour de la semaine, Dieu a créé Adam, puis Il l'a plongé dans un mystérieux sommeil et lui ouvrant le côté Il en a tiré Eve - mère des vivants - , mais, en désobéissant à leur Créateur, nos premiers parents s'emparèrent du fruit maudit et firent tomber l'humanité dans le péché.
A la plénitude des temps, au sixième jour de la semaine, Dieu a recréé l'humanité en lui rendant Sa grâce : plongeant le Christ, nouvel Adam, dans le sommeil de la mort, Il a voulu que Son côté fut ouvert pour qu'en naquît la Nouvelle Eve, l'Eglise, véritable mère de ceux qui sont renés de l'eau et de l'Esprit-Saint et nourris du véritable Fruit de la Vie, offert non sur un arbre de malédiction mais sur l'Arbre de la Croix : c'est cette nouvelle création, qui est le jour très saint de notre rédemption, que nous célébrons en ce sixième jour de la semaine pascale de l'an de grâce 2016 du salut.
- C'est également aujourd'hui l'anniversaire de l'Incarnation du Sauveur, quand, trente-quatre ans plus tôt, et afin de prendre un corps qu'Il puisse offrir en sacrifice sur la Croix pour nous racheter, le Verbe Eternel, deuxième Personne de la Très Sainte Trinité, S'est incarné par l'opération du Saint-Esprit dans le sein de la Bienheureuse Vierge Marie : donnant son consentement à l'archange Gabriel qui était venu le lui demander de la part du Très Haut, elle a conçu dans la virginité Celui qu'elle enfanterait à Noël en demeurant toujours vierge. En raison de l'occurrence avec le Vendredi Saint, la célébration liturgique de l'Annonciation sera reportée cette année au lundi 4 avril.
- L'occurrence exceptionnelle du Vendredi Saint, jour de notre Rédemption, avec la date du 25 mars, jour de l'Incarnation, fait de cette année 2016 une année jubilaire au Puy-en-Velay : le jubilé du Puy, le plus ancien jubilé de la Chrétienté après celui de Rome, a lieu cette année pour la trente-et-unième fois depuis son institution en l'an 992 ; la trente-deuxième se produira en l'an 2157.


SERMON DE SAINT JEAN CHRYSOSTOME,
PRONONCÉ LE VENDREDI SAINT
À ANTIOCHE (28 MARS 392)

« (…) Vous avez vu la victoire admirable, vous avez vu les exploits et les bienfaits de la croix ? (…) Jésus-Christ a triomphé du démon par les moyens mêmes avec lesquels le démon avait vaincu le monde, il a combattu avec ses propres armes. Ecoutez comment. Une vierge, le bois, la mort, avaient été les moyens et les instruments de notre défaite. La vierge était Eve qui n'avait pas encore connu Adam; le bois était l'arbre, et la mort la peine imposée au premier homme. Une vierge, le bois et la mort, qui avaient été les moyens et les instruments de notre défaite, sont devenus les moyens et les instruments de notre victoire. Marie a remplacé Eve ; le bois de la croix, le bois de la science du bien et du mal; la mort de Jésus-Christ, la mort d'Adam. Vous voyez que le démon a été vaincu par les mêmes moyens avec lesquels il avait triomphé. Le démon avait renversé Adam avec le bois de l'arbre, Jésus-Christ a terrassé le démon avec le bois de la croix. Le bois de l'arbre a jeté les hommes dans l’abîme, le bois de la croix les en a retirés. Le bois de l’arbre a dépouillé l'homme de ses privilèges, et l’a enfermé dans l'obscurité d'une prison; le bois de la croix a dépouillé de ses armes le vainqueur de l’homme, et l'a montré vaincu à toute la terre. La mort d'Adam s'est étendue sur ceux qui sont venus après lui; la mort de Jésus-Christ a rappelé à la vie ceux qui étaient nés avant lui. « Qui racontera les merveilles du Seigneur et les prodiges de son bras puissant ? » (Ps. CV, 2.) Nous avons passé de la mort à l'immortalité tels sont les exploits et les bienfaits de la croix. Vous avez appris la victoire, vous avez appris la manière dont elle a été remportée; apprenez comment nous avons vaincu sans combattre. Nous n'avons pas ensanglanté d'armes, nous ne nous sommes pas rangés en bataille, nous n'avons pas reçu de blessures, nous n'avons pas soutenu de guerre; et nous avons remporté la victoire : c'est le Seigneur qui a combattu, et c'est nous qui avons obtenu la couronne. Puis donc que la victoire nous est propre, faisons éclater notre joie comme les soldats, chantons tous aujourd'hui l'hymne de la victoire; écrions-nous en louant le Seigneur : « La mort a été absorbée dans la victoire. O mort, où est ta victoire ? enfer, où est ton aiguillon ? » (I Cor. XV, 54 et 55.). Tels sont les avantages que nous a procurés la croix; la croix qui est un trophée érigé contre les démons, une arme contre le péché, le glaive avec lequel Jésus-Christ a percé le serpent infernal. La croix est la volonté du Père, la gloire du Fils unique, le triomphe de l'Esprit divin, l'honneur des anges, la sûreté de l'Eglise, le rempart des saints, l'objet dont se glorifiait Paul, la lumière du monde entier. En effet, comme pour dissiper les ténèbres d'une maison obscure, on allume et on élève un flambeau; de même Jésus-Christ, allumant et élevant la croix comme un flambeau, a dissipé les ténèbres épaisses dans lesquelles toute la terre était plongée. Et comme un flambeau est surmonté de la lumière qui le rend lumineux, ainsi la croix était surmontée du Soleil de justice qui la rendait brillante. Le monde voyant le Fils de Dieu crucifié, a frémi, la terre a été ébranlée, les pierres se sont fendues; mais les coeurs des Juifs, plus durs que la pierre sont restés insensibles. Le voile du temple s'est déchiré; et leurs complots criminels ne se sont pas rompus. Pourquoi le voile du Temple s'est-il déchiré ? C'est que le Temple voyait avec peine le Seigneur immolé hors de son enceinte sur l'autel de la croix; et par le déchirement de son voile, il semblait dire à tous les hommes : Que celui qui le voudra foule désormais aux pieds le Saint des saints. A quoi me servent les objets que je renferme, puisqu'une telle victime est immolée hors de mon enceinte ? à quoi me sert le testament ? à quoi me sert la loi ? C'est en vain que j'ai instruit les Juifs depuis plusieurs siècles. Le Prophète s'écriait à ce sujet : « Pourquoi les nations ont-elles frémi ? pourquoi les peuples ont-ils fait des réflexions inutiles ? » (Ps. II, 1.) Les Juifs avaient entendu cette prophétie : « Il a été conduit à la mort comme une brebis timide, il s'est tu comme un agneau devant celui qui le tond » (Is. LIII, 7) ; ils y avaient réfléchi longtemps; et lorsqu'ils l'ont vue s'accomplir, ils ont refusé d'y croire. Vous voyez comme ils ont fait des réflexions inutiles. Le voile du Temple s'est déchiré pour annoncer combien le Temple allait devenir pour toujours désert et abandonné. Puis donc qu'en ce jour nous devons nous-mêmes voir celui qui a été attaché à la croix, approchons, mes très chers frères, approchons avec tremblement et avec un recueillement respectueux, comme vers l'Agneau sacrifié et immolé pour nous. Ne savez-vous pas comment les anges se tenaient près du tombeau où il n'y avait plus de corps ? ils rendaient hommage au tombeau vide, comme à un monument qui avait renfermé le corps du Seigneur. Les anges, qui sont d'une nature supérieure à la nôtre, se tenaient près du tombeau, recueillis et pénétrés d'une vénération profonde; et nous, qui ne devons pas approcher d'un tombeau vide, mais de la table même où repose l'Agneau sans tache, nous approchons en faisant du bruit, en excitant du tumulte ! Pourrons-nous jamais excuser notre irrévérence ? Je ne parle pas au hasard et sans raison ; mais comme j'en vois plusieurs ce soir faire du bruit, crier, se précipiter, se presser les uns les autres , se charger d'injures, encourir des peines par une telle conduite plutôt que mériter le salut, voilà pourquoi je vous donne ces avertissements. Eh quoi ! mon frère, lorsque le prêtre est à l'autel, en silence, dans le plus profond recueillement, levant les mains au ciel, invoquant l'Esprit-Saint pour qu'il vienne sanctifier les offrandes ; lorsque l'Esprit-Saint accorde la grâce qui lui est demandée, qu'il descend sur les oblations; lorsque vous voyez l'Agneau sans tache immolé, divisé en plusieurs parties, vous faites alors du bruit, vous excitez du tumulte, alors vous cherchez des querelles, alors vous recourez aux injures ! Et comment pourrez-vous profiter du sacrifice, si vous apportez à l'autel un pareil esprit de contention ? (…).
   Jésus-Christ, dit Saint Paul, a désarmé les puissances ; il les a menées en triomphe à la face de l'univers, après les avoir vaincues par sa croix » (Coloss. II, 15.). Le trophée qu'il a érigé est décoré des marques de sa victoire, et les dépouilles de ses ennemis sont suspendues au haut de sa croix. Comme un prince généreux, après avoir terminé une guerre difficile, suspend au haut d'un trophée les cuirasses, les boucliers, les armes du tyran et de ses satellites, qu'il a vaincus : de même Jésus-Christ, après avoir terminé la guerre contre le démon, a suspendu au haut de la croix les armes de son ennemi, la malédiction et la mort; il en a fait un trophée éclatant, propre à être aperçu par tous les êtres, par les puissances d'en-haut qui sont dans les cieux, par les hommes qui habitent la terre, par les démons mêmes, dont il a triomphé. Puis donc que nous jouissons d'une si grande faveur, rendons-nous dignes des bienfaits que nous avons reçus, afin que nous obtenions le royaume céleste par la grâce et la bonté de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui soient avec le Père et l'Esprit-Saint, la gloire, l'honneur et l'empire, dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il ».


« Il n'avait ni beauté ni éclat pour attirer nos regards. Objet de mépris, abandonné des hommes, homme de douleur, familier de la souffrance, comme quelqu'un devant qui on se voile la face, méprisé, nous n'en faisions aucun cas. Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. Tous, comme des moutons,nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et le Seigneur a fait retomber sur lui nos fautes à tous » (Isaïe, LIII, 2-7).

Résultat de recherche d'images pour "christ mort"
Résultat de recherche d'images pour "christ mort"


Prière à la neuvième heure (15h)
(à l'office de l'antique Eglise gallicane)

Ô heure salutaire de la Passion ! Heure de None, signalée par la plus grande des grâces, ô la plus célèbre des heures ! A ce moment, ô notre Époux aimé, donnez-nous le baiser du haut de votre Croix, après avoir triomphé par elle. Nous l’implorons, ce baiser ; accordez-nous le salut qui vient de vous seul, admirable triomphateur, qui conduisez votre char avec tant de noblesse, Dieu clément, notre glorieux champion ! Dites-nous : Hommes, je vous envoie le salut ; reprenez vos forces et combattez vaillamment ; soyez fermes et robustes. Ô Christ qui pénétrez nos cœurs, daignez leur parler. Vous qui aujourd’hui accomplîtes une telle œuvre, ne pouvez-vous la renouveler à ce moment ? Oui, vous le pouvez ; car vous êtes tout-puissant. Vous le pouvez ; car vous êtes plein d’amour ; et votre puissance s’élève au-dessus de nos pensées. Rien ne vous est impossible, ô Dieu tout-puissant ! Vous qui êtes remonté triomphant vers le Père, avec lequel vous demeurâtes toujours, et qui est avec vous une même chose, Jésus très aimé, donnez-nous votre baiser ; car votre baiser est doux, et vos caresses plus délicieuses que le vin, plus suaves que les meilleurs parfums. Votre nom est une essence odorante ; les jeunes filles qui représentent les âmes vous ont donné leur amour ; les cœurs droits vous aiment, et vous les entraînez après vous. Votre lit est couvert de fleurs ; son pavillon est la Croix. C’est à cette heure que vous arrivez d’Édom, c’est-à-dire de votre Croix, vos vêtements ayant changé de couleur à Bosra. Après avoir foulé seul le grand pressoir, vous monterez au ciel ; les Anges et les Archanges diront : Quel est celui qui arrive de Bosra, avec ses vêtements dont la couleur est changée ? A cette demande : Pourquoi votre vêtement est-il empourpré ? Vous répondrez : A moi seul j’ai foulé le pressoir, et, de toutes les nations, nul homme n’a partagé mon travail. Oui, votre corps, ô Sauveur, a été pour nous empourpré ; vous avez lavé votre tunique dans le vin, et votre manteau dans le sang de la grappe. Vous qui êtes le seul Dieu, vous avez été crucifié pour nous, que l’antique prévarication avait livrés à la mort ; vos blessures ont guéri les blessures innombrables que nous avaient faites nos péchés. Ô Christ crucifié, dans votre bonté faites-nous part de votre rédemption, avec ceux qui vous sont le plus chers. Dieu plein de miséricorde, sauvez-nous ; vous qui régnez avec le Père et le Saint-Esprit, en l’unité, à jamais, dans les siècles des siècles.

Afficher l'image d'origine

Le soir
par Dom Guéranger

Retournons sur le Calvaire achever cette journée du deuil universel. Nous y avons laissé Marie, en la compagnie de Madeleine, de Jean et des autres saintes femmes. Une heure s’est à peine écoulée depuis le moment où Jésus a rendu le dernier soupir, et voici que des soldats, conduits par un centurion, viennent troubler du bruit de leurs pas et de leurs voix le silence qui régnait sur la colline. Ils sont chargés d’un commandement de Pilate. Sur la demande des princes des prêtres, le gouverneur a ordonné que l’on achève les trois crucifiés, en leur brisant les jambes, qu’on les détache de la croix, et qu’ils soient ensevelis avant la nuit. Les Juifs comptaient les jours à partir du coucher du soleil : bientôt donc va commencer le grand Samedi. Les soldats s’avancent vers les croix ; ils vont d’abord aux deux larrons, auxquels ils brisent les jambes. Ce dernier tourment achève leur existence ; Dimas expire avec résignation, confiant dans la promesse de Jésus ; son compagnon, obstiné dans le blasphème, meurt sans consolation. C’est maintenant vers la Croix du Rédempteur que se dirigent les soldats ; le cœur de Marie frémit à leur approche ; quel nouvel outrage ces hommes barbares réservent-ils au corps ensanglanté de son fils ? Ils inspectent le divin supplicié, et constatent que la vie a déjà cesse en lui ; cependant, pour s’assurer de la mort, l’un d’eux brandit sa lance et l’enfonce dans le flanc droit de la victime. Le fer pénètre jusqu’au cœur ; et quand le soldat le retire, du sang et de l’eau coulent de cette dernière plaie. C’est la cinquième effusion du sang rédempteur ; et c’est aussi la cinquième des plaies que Jésus reçut sur la Croix. Mais réservons le touchant mystère du Cœur ouvert de notre Sauveur, pour le jour où l’Église le proposera spécialement à notre adoration.

Afficher l'image d'origine

Marie a senti jusqu’au fond de son âme la pointe de cette lance cruelle ; les pleurs et les sanglots redoublent autour d’elle. Comment donc finira cette lamentable journée ? Quelles mains descendront de la Croix l’innocent Agneau qui y demeure suspendu ? Qui le rendra enfin à sa mère ? Les soldats se retirent, et parmi eux Longin, celui qui a osé porter le coup de lance, et qui sent déjà en lui-même un mouvement inconnu, présage de la foi dont il doit être un jour le martyr. Mais voici d’autres hommes qui s’avancent. Un noble juif, Joseph d’Arimathie, un vénérable docteur, Nicodème, gravissent respectueusement la colline, et s’arrêtent avec émotion au pied de la Croix de Jésus. Marie fixe sur eux un regard de reconnaissance. Ils sont venus pour remettre en ses bras maternels le corps de son fils, et pour rendre ensuite à leur maître les honneurs de la sépulture. Ces fidèles disciples sont munis de l’autorisation du gouverneur ; Pilate a accordé à Joseph le corps de Jésus.

Résultat de recherche d'images pour "christ mort"

On se hâte de détacher de la Croix les membres du Juste ; car le temps est court, le soleil est sur son déclin, et la première heure du Sabbat est proche. Près du lieu où est plantée la Croix, au bas du monticule, se trouve un jardin, et dans ce jardin une chambre sépulcrale taillée dans le roc. Aucun corps n’a été placé jusqu’ici dans ce tombeau. C’est là que Jésus va reposer. Joseph et Nicodème, chargés du précieux fardeau, descendent de la colline et déposent le corps sacré sur un quartier de roche, à peu de distance du sépulcre. C’est là que la mère de Jésus reçoit de leurs mains le fils de sa tendresse ; c’est là qu’elle arrose de ses larmes, qu’elle parcourt de ses baisers tant de plaies cruelles dont son corps est couvert. Jean, Madeleine et les autres saintes femmes compatissent à la Mère des douleurs ; mais l’heure presse d’embaumer ces restes inanimés. Sur cette pierre qui s’appelle aujourd’hui encore la Pierre de l’onction, et qui marque la treizième Station de la Voie douloureuse, Joseph déploie le linceul qu’il a apporté [38] ; Nicodème, dont les serviteurs ont pris avec eux, par ses ordres, jusqu’à cent livres de myrrhe et d’aloès [39], dispose les parfums. On lave le sang des blessures ; on enlève doucement la couronne d’épines de la tête du divin roi ; enfin le moment est venu d’envelopper le corps du linceul funèbre. Marie serre une dernière fois dans ses bras la dépouille insensible de son bien-aimé, qui bientôt disparaît à ses regards sous les plis des voiles et sous les bandelettes.

Afficher l'image d'origine

Joseph et Nicodème se lèvent, et reprenant leur noble fardeau, ils le portent dans le sépulcre. C’est la quatorzième Station de la Voie douloureuse. Il y avait deux chambres taillées dans la roche et se communiquant l’une à l’autre ; c’est dans la seconde, sur la main droite, dans une niche pratiquée au ciseau, qu’ils étendent le corps du Sauveur. Ils sortent promptement ; et réunissant leurs efforts, ils roulent à l’entrée du monument une grande pierre carrée qui doit servir de porte, et que bientôt, à la demande des ennemis de Jésus, l’autorité publique viendra sceller de son sceau et protéger par un poste de soldats romains.

Afficher l'image d'origine

Cependant le soleil est sur le point de disparaître au couchant, et le grand Samedi va s’ouvrir avec ses sévères prescriptions. Madeleine et les autres femmes ont observé les lieux et la disposition du corps dans le sépulcre. Elles suspendent leurs plaintives lamentations, et descendent en hâte à Jérusalem. Leur dessein est d’acheter des parfums et de les préparer ; afin que, lorsque le Sabbat sera passé, elles puissent revenir au tombeau, dès le dimanche, au grand matin, et compléter l’embaumement trop précipité du corps de leur maître. Marie, après avoir salué une dernière fois le tombeau qui renferme le cher objet de sa tendresse, suit le cortège de deuil qui se dirige vers la ville Jean, son fils d’adoption, est près d’elle. Dès cette heure, cet heureux mortel est devenu le gardien de celle qui, sans cesser d’être la Mère de Dieu, devient en lui la Mère des hommes. Mais au prix de quelles angoisses elle a obtenu ce nouveau titre ! Quelle blessure son cœur a reçue au moment où nous lui avons été confiés ! Tenons-lui, nous aussi, fidèle compagnie durant ces cruelles heures qui doivent s’écouler jusqu’au moment où la résurrection de Jésus viendra consoler son immense douleur.

Afficher l'image d'origine

Mais nous ne quitterons pas votre sépulcre, ô Rédempteur, sans y déposer le tribut de nos adorations et l’amende honorable de notre repentir. Vous voilà donc, ô Jésus, le captif de la mort ! Cette fille du péché a donc étendu sur vous son empire. Vous vous êtes soumis à la sentence portée contre nous, et vous avez daigné nous devenir semblable jusqu’au tombeau. Quelle réparation pourrait égaler l’humiliation que vous subissez en cet état qui nous était dû, mais qui n’est devenu le vôtre, ô souverain auteur de la vie, que par l’amour que vous nous avez porté ? Les saints Anges qui font la garde autour de cette pierre sur laquelle sont étendus vos membres glaces, s’étonnent que vous ayez pu aimer à un tel excès l’homme, cette chétive et ingrate créature. Jusqu’alors ils n’avaient pas compris l’infinie bonté de celui qui les a tirés comme nous du néant. Ce n’est pas pour leurs frères tombés que vous avez subi la mort ; c’est pour nous, les derniers de la création. Mais quel indissoluble lien forme désormais entre vous et nous ce sacrifice que vous venez d’offrir ? C’est pour nous que vous mourez ; c’est donc pour vous maintenant que nous devons vivre. Nous vous le promettons, ô Jésus, sur ce tombeau que nos péchés avaient creusé pour vous. Nous aussi, nous voulons mourir, mourir au péché et vivre à votre grâce. Nous suivrons désormais vos préceptes et vos exemples ; nous nous éloignerons du péché, qui nous a rendus responsables de votre mort si amère et si douloureuse. Nous recevons, en union de votre Croix, toutes les croix, si légères en comparaison, dont la vie humaine est semée. Enfin, nous acceptons de mourir à notre tour, lorsque le moment sera venu de subir la sentence si méritée que la justice de votre Père a prononcée contre nous. Vous avez adouci par votre mort ce moment si redoutable à la nature. Par vous, la mort n’est plus qu’un passage à la vie ; et de même qu’en ce moment nous nous séparons de votre sépulcre avec l’espoir prochain de saluer bientôt votre glorieuse résurrection ; de même, en laissant à la terre sa dépouille mortelle, notre âme, pleine de confiance, montera vers vous, avec l’espoir de se réunir un jour à cette poussière coupable que la tombe doit rendre après l’avoir purifiée.

53
53_4
53_1
53_3
53_2
La Descente de Croix par Nicolas Mostaert, dit Nicolo Pippi, Flandres, exécuté à Rome, vers 1579.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire