Ferdinand Ier d'Autriche
S’il est un personnage méconnu de l’Histoire, c’est bien Ferdinand de Habsbourg. Et pourtant, il fut empereur d’Autriche [Ferdinand Ier] et roi de Hongrie [Ferdinand V], surnommé le Débonnaire. Mais même s’il fut aimé d’une partie de son peuple, Ferdinand n’a pas fait la fierté de son pays, ni encore moins de sa famille. 
Kaiser Fraçois II de 1804 à 1806 François II empereur des Romains puis à partir du 11 août 1804 François Ier d'Autriche
Son père l'empereur François II,
François Ier d'Autriche.
   Survenue en avril 1793 au palais de la Hofburg à Vienne, la naissance de Ferdinand suscite tout d’abord de la joie. D’un premier lit, il avait eu une fille, c’est dire si François II, empereur du tout-puissant Saint-Empire germanique, est heureux d’accueillir cette fois un garçon, l’héritier du Trône ! Mais l’allégresse fait aussitôt place à la consternation. Ferdinand est né avec de petits bras, de petites jambes et une énorme tête aux yeux globuleux. Mais ce physique disgracieux n’est encore rien : Ferdinand est en plus hydrocéphale, épileptique et rachitique ! Il est atteint de troubles de la parole, dont le bégaiement n’est que le moindre. Car chez les Habsbourg, on a pris l’habitude de se marier entre cousins. De ces mariages consanguins, Ferdinand le débile est un bien triste résultat. Mais son père, qui, entre-temps, est devenu François Ier, empereur d’Autriche et roi de Hongrie, a le sens du droit et de la justice. Alors qu’il vaudrait mieux pour le Trône se choisir comme héritier le fils cadet, François-Charles, mieux disposé physiquement et intellectuellement, François s’en remet au Destin et maintient Ferdinand dans ses droits à la Couronne, bien aidé en cela par son fidèle conseiller le prince Metternich, ministre à l’ambition plénipotentiaire.
Afficher l'image d'origine
Le prince Clément
de Metternich.
   Ferdinand est dénué de tout sens politique. Il aime apprendre la botanique avec son père, s’intéresse aux sciences et techniques et démontrera plus tard certaines capacités à faire fructifier l’argent. Mais pour l’heure, voici que son père l’élève au rang de roi de Hongrie. Que fait-il de la cassette personnelle qui lui est remise à cette occasion ? Il la distribue pour moitié au peuple magyar touché par la famine, et pour moitié à des œuvres culturelles ! Un jour, il est victime d’un attentat, mais s’en sort indemne. Il fait commuer la peine de mort de l’auteur en prison à vie et prend financièrement en charge sa famille ! Il a bon cœur, Ferdinand le Débonnaire. Mais nous sommes en 1835 et le voici sur le trône d’Autriche. Selon les dernières volontés de son père, il doit gouverner en l’état et surtout ne rien décider sans le conseil de Metternich. Cela fonctionnera treize ans. Un petit miracle de manipulation de Metternich dont l’empereur n’est pas dupe. Mais que peut-il faire ? Ferdinand règne mais ne gouverne pas (en cela il précède nos monarques européens modernes). 
Afficher l'image d'origine
François-Joseph Ier et Elisabeth d'Autriche.
   1848 est une année difficile, avec des révoltes populaires difficiles à gérer et les basses manipulations de l’archiduchesse Sophie qui rapportent enfin. Elle avait tant œuvré à l’époque pour que son époux François-Charles d’Autriche puisse monter sur le trône. Elle parvient cette fois à y faire monter son fils François-Joseph. Le plus célèbre des Habsbourg ! C’est lui qui a épousé Elisabeth de Bavière, Sissi, l’impératrice. C’est aussi lui qui déclarera la guerre de 14-18… 
   Quant à Ferdinand, après avoir abdiqué, il quitte Vienne avec son épouse Marie-Anne de Sardaigne. Le mariage n’a jamais pu être consommé, Ferdinand étant victime de crises d’épilepsie jusqu'à cinq fois par jour. Qu’importe, cette dernière se révèle une épouse aimante et une formidable infirmière. Ils vivent une retraite paisible au château de Prague, où Ferdinand s’éteint à l’âge de 82 ans.
Sarcophage de l'empereur Ferdinand Ier à la crypte des Capucins, à Vienne.
Afficher l'image d'origine> Ferdinand le débile, de Jean-Luc Dousset, aux éditions Jeanne d’Arc, 17 euros. En vente sur Amazon.fr ou via le site des éditions Jeanne d’Arc.
Nota bene : Débile signifie "de complexion fragile".