Humour jaune

A l'occasion de la Nativité de Saint Jean Baptiste

Résultat de recherche d'images pour "feu de la saint jean"
Pensez à allumer vos feux ce soir en hommage à la Noël d'été !
"Il y a six mois, c'était Noël...Et dans six mois, ce sera à nouveau Noël..."
Frère Maximilien-Marie 

par l'un de nos amis


Il s'agit ici du véritable texte évangélique que 20 siècles d'obscurantisme pharisaïque avaient occulté, mais dont grâce aux prodigieuses découvertes de l'actuel pontificat, on vient de retrouver la version authentique :

Hérode avait donné l’ordre d’arrêter Jean et de l’enchaîner dans la prison, à cause d’Hérodiade, la femme de son frère Philippe, que lui-même avait prise pour épouse. 
En effet, Jean lui disait : « Tu n’as pas le droit de prendre la femme de ton frère. » 
Hérodiade en voulait donc à Jean, et elle cherchait à le faire mourir. Mais elle n’y arrivait pas parce que Hérode avait au fond de lui un reste d'éducation rigoriste antéconciliaire, éducation pharisienne d'un temps où l'on n'avait pas compris ce que c'est que la véritable miséricorde inspirée par l'ouverture et la compréhension du monde moderne. 
Or, une occasion favorable se présenta quand parut l'exhortation apostolique "Amoris laetitia" : avec le livret de l'édition typique vaticane à la main, Hérodiade vint trouver le roi et lui fit remarquer : "Qui est-il pour juger, ce Baptiste moralisateur qui est incapable d'ouvrir son coeur à la miséricorde ? Lis donc, ô roi, les ouvertures significatives et les avancées miséricordieuses que l'Eglise dans le monde de ce temps a désormais à notre endroit ! C'est maintenant une oeuvre louable et miséricordieuse pour toute l'humanité que tu dois accomplir en débarrassant la terre de ce prophète de malheur qui n'est qu'un crypto-pharisien condamné par le pape, et un obstacle au bonheur de l'humanité ici-bas..." 
Ainsi fut fait, et au lieu de canoniser Jean-Baptiste, l'Eglise désormais le désigne comme le modèle du rigorisme intransigeant qu'il faut absolument se garder d'imiter...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire