Présentation officielle





Bannière de la Confrérie,
portée haut et fier au Jubilé du Puy (2016).

De France ancien, à la croix d'argent, une couronne royale de France d'or brochant sur le tout.
Devise tirée de la 4e Leçon des Matines de l'office de sainte Jeanne d'Arc (30 janvier).

Née en France le 25 août de l'an de grâce 2015, la Confrérie royale regroupe les ecclésiastiques et les laïques désireux d'unir leurs prières pour le Roi et la France. Elle est soumise à la Sainte Eglise catholique romaine, et sa liturgie est latine traditionnelle.

Son "Appel fondateur" est consultable ici.


Présentation


   La Confrérie Royale a pour objet d'unir les âmes de bonne volonté dans la prière pour le Roi de France légitime (sans culte de la personnalité... et sentimentalisme – ce qui ne veut pas dire que rencontrer « le Prince » n’est pas profondément émouvant…) et pour la France, catholique et royale, selon la conception traditionnelle de la royauté de droit divin. Le Roi que désignent actuellement les Lois fondamentales du Royaume de France est Mgr le prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, de jure S.M. le roi Louis XX. 
   Elle ne relève d'aucune communauté religieuse ou ecclésiastique particulière mais est une union spontanée de fidèles.
   Le 25 de chaque mois, une lettre circulaire a pour but de ranimer le zèle des troupes, de les instruire et édifier.
   La Confrérie se veut pleinement catholique et ses offices propres seront toujours célébrés selon la liturgie latine traditionnelle.

Engagements 


   Outre l’observance des Lois de Dieu, de l’Église et du Royaume, l’état de grâce et la tendance à la sainteté communs à tout fidèle catholique, les engagements particuliers que prend chaque confrère plénier, et auxquels s'unissent les membres associés, sont les suivants :

Pour les membres pléniers "voués" uniquement :
Pour les ecclésiastiques et religieux :
   o  l’utilisation pour la Cause de toutes les richesses liturgiques rappelées par l'Appel fondateur ; et pour les prêtres (voire tous, en leur for intérieur) : la mention du Roi au Canon et la postcommunion finale pour le Roi (voire juste après la Messe).

Pour tous :
   o la récitation du triple angélus quotidien (matin, midi et soir), auquel l’on ajoute l'oraison pour le Roi.
   o  la sanctification particulière du 25e jour de chaque mois, jour consacré de la Confrérie (redoubler de prières, travailler plus méticuleusement à sa sanctification, faire un petit pèlerinage ou une visite au Saint-Sacrement ou à un Saint, etc.).
   o  une réelle communion de prières et d’amitié spirituelle avec les autres membres, afin de réaliser le plus grand des Commandements, celui de la charité (« voyez comme ils s’aiment » disait-on des premiers Chrétiens), et le plus consolant des dogmes, celui de la communion des Saints.
   le maintien et la restauration des fêtes et traditions françaises, ladécouverte de l'Ecole française de spiritualité, et toutes les bonnes oeuvres qui soutiennent la Cause, l'offrande de sacrifices, de chapelets et de Messes pro Rege et Francia, etc.
Faites dire des Messes ! C'est l'arme absolue de conversion massive et d'obtention de grâces !

Membres

Plusieurs sortes de membres existent :

-les membres pléniers "oblats" ou "voués" : ayant prononcé le Voeu de consécration à la Couronne de France, à l'offertoire d'une Messe.    > pour en savoir plus sur ce Voeu : ici.


-les membres pléniers : s'engageant à accomplir les engagements de la confrérie pour le Roi et la France, par inscription (si possible au cours d'une liturgie).
-les membres associés : ceux qui, hors du sein de la Sainte Eglise, veulent toutefois s'unir en leur for intérieur à la Confrérie par la prière pour le Roi et la France, par inscription simple.
-les sympathisants : suivant l'esprit de la Confrérie par inscription aux messages (formulaire ci-joint), et s'unissant selon leurs possibilités à ses engagements.




Inscription aux messages Internet
Engagements de la Confrérie
Adhésion formelle
Vœu de Consécration à la Couronne de France
Sympathisant
þ
Selon ses possibilités


Membre associé
þ
Selon ses possibilités
þ

Membre plénier
þ
þ
Fidèlement
þ
Durant une liturgie

Membre plénier « oblat » ou « voué »
þ
þ
Fidèlement

þ
Durant une liturgie
þ
Durant une liturgie

    Nota bene : qu'il ait fait ou non le Voeu, tout clerc a une place particulière et d'honneur dans cette Confrérie royale qui est à l'origine "du Clergé de France".

Pour s'inscrire formellement comme membre à la Confrérie, il suffit d'envoyer sa demande d'adhésion (ou ses questions) à confrerie.royale@yahoo.fr (objet : "Adhésion") ou écrire à l'adresse suivante :

Secrétariat de la Confrérie Royale 
Hameau de Condas 
07310 Saint-Martial

     L’inscription à la Confrérie est entièrement gratuite, puisqu'elle est sans but lucratif. Sa seule fin est la gloire de Dieu et la paix (tranquillité de l’ordre, selon saint Augustin) de la France.
     Tout membre peut être exclu par les fondateurs de la Confrérie pour une cause mettant en péril la réputation et la sanctification de la Confrérie et de ses membres (mauvais esprit manifeste et persévérant, immoralité publique, juste condamnation par un tribunal, irrévérence sacrilège envers la Sainte Eglise et la Famille Royale).
     L’inscription aux messages des blogues (http://l-ami-de-la-religion-et-du-roi.blog4ever.com/ et http://confrerieroyale.blogspot.fr/de la Confrérie est ouverte à tous, sans aucun engagement (ce qui n’empêche pas d’avoir une petite prière pour leurs auteurs, merci). Ils n’ont pour but que d’être utiles à toutes les personnes intéressées par la Légitimité. Est « sympathisant » tout abonné aux messages de la Confrérie.

Catholicité


« Jésus-Christ et l’Église, c’est tout un », affirmait Jehanne, avec la simplicité et profondeur des Saints. Qu’il nous soit permis d’ajouter « Jésus-Christ, l'Église et en France, la Légitimité, c’est tout un ».

   La Confrérie royale est essentiellement catholique romaine : elle aime Rome comme sa mère, prie pour la Papauté et sa docilité aux motions du Saint-Esprit et à la Tradition, défend le Magistère, les dogmes, la liturgie et la discipline pérennes de notre Sainte Mère, toutes choses dont elle veut vivre, selon le génie français et ses Lois fondamentales.
   Tout cela est bel et bien lié. Enlevez un élément, et tout s’écroule. L’attachement à la « catholicité romaine » (sans que l’on soit nécessairement un spécialiste de tous les points susmentionnés) est la condition sine qua non pour être membre plénier de la Confrérie royale. Et pour tout membre (plénier ou associé), en un mot : être une âme de bonne volonté, surnaturelle, charitable et réaliste.
   Nous nous mettons donc à l’école de cet illustre Père de l’Église que fut saint Vincent de Lérins, en suivant les trois critères explicités par lui dans son Commonitorium (« Aide-mémoire ») de 434, pour distinguer la vérité de l'erreur :

   « Le premier consiste dans l'unité de la foi à travers le temps et l'espace : « Il faut veiller avec le plus grand soin à tenir pour vrai ce qui a été cru partout, toujours et par tous », « Quod ubique, quod semper, quod ab omnibus creditum est ».
     Le deuxième consiste à vérifier la cohérence du progrès dans la foi : « Il faut donc que croissent et progressent beaucoup l'intelligence, la connaissance, la sagesse de chacun des Chrétiens et de tous, celle de l'individu comme celle de l’Église entière, au cours des siècles et des générations, pourvu qu'elles croissent selon leur genre propre, c'est-à-dire dans le même sens, selon le même dogme et la même pensée ».
     Le troisième consiste à lire les Écritures dans la Tradition : « Le Canon divin doit être interprété selon les traditions de l'Église universelle et les règles du dogme catholique ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire