1066-2016

Armes de saint Edouard, selon Matthieu Paris (XIIIe s.).

Afficher l'image d'origine
950e anniversaire de la

mort de saint Edouard le Confesseur

Inhumation de saint Edouard à Westminster.

   Saint Edouard le Confesseur (1004-1066) mourut il y a 950 ans, le 5 janvier 1066, en l'abbaye de Westminster, qu'il avait fondée. Il régnait sur l'Angleterre depuis 1042. Il est célébré le 13 octobre. 
   Se parjurant suite à son hommage fait au duc Guillaume de Normandie, Harold II monta sur le trône, provoquant l'intervention de Guillaume, héritier de la Couronne selon les voeux de saint Edouard, ainsi que de son propre frère Tostig et du roi Harald III de Norvège.
Image illustrative de l'article Alexandre II (pape)   Le duc de Normandie réunit ses barons et obtient le soutien du pape Alexandre II (Anselme de Lucques, ami du futur saint Grégoire VII et de saint Pierre Damien), qui lui envoie l'étendard pontifical et menace d'excommunier ses opposants.

Arbre généalogique des principaux protagonistes à la succession d'Édouard le Confesseur
Edgar
le Pacifique
Richard Ier
Sans-Peur
Ælfgifu
Gunnarson
Æthelred II
le Malavisé
Emma
de Normandie
Knut
le Grand
Ælfgifu
de Northampton
Richard II
l’Irascible
Edmond
Côte-de-Fer
Harold II
Godwinson
Édith
de Wessex
Édouard
le Confesseur
Hardeknut
Harold
Pied-de-Lièvre
Robert Ier
le Magnifique
Édouard
l’Exilé
Harald
Hardrada
Guillaume
le Conquérant
Edgar
Ætheling
Les prétendants au trône d'Angleterre, soit de manière présomptive, soit de manière officielle, sont encadrés en rouge.


& de l'épopée de Guillaume le Conquérant

La célèbre Tapisserie de Bayeux (XIe siècle), trésor national confié aux Bayeusains, est un atout majeur dans le jeu de l'office de tourisme de Bayeux Intercom en terme de tourisme médiéval.

Guillaume.

   Des écrivains attribuent à saint Michel l’heureuse sortie de Guillaume le Conquérant du port de Saint-Valéry-sur-Somme, après plusieurs semaines d'intempéries et de vents violents.

   Il rejoint la côte anglaise - à savoir la baie de Pevensey dans le Sussex - le 28 septembre, et débarque le 29 septembre 1066, fête du Patron de la Normandie, quelques jours après la mort d'Harald III dans le nord de l'Angleterre.

Le récit
En moins de dix mois, Guillaume parvient à rassembler dans l’estuaire de la Dives une flotte d’invasion d’environ 600 navires et une armée estimée à 7 000 hommes. On trouve parmi eux des Normands bien sûr, mais aussi des Bretons, des Flamands, des Manceaux, des Boulonnais
Il nous est parvenu la liste des contributions en navires des principaux barons normands :

Ces préparatifs comprennent également d’importantes négociations diplomatiques. Il s’agit de se trouver d’abord des alliés. Selon Guillaume de Poitiers, le biographe officiel de Guillaume le Conquérant, ce dernier gagne à sa cause le pape Alexandre II qui lui transmet son propre étendard. Il s’agit également d’éviter que les principautés voisines (BretagneFlandreAnjou, etc.) ne profitent de la campagne pour s’emparer de la Normandie. En outre, Guillaume désigne de grands vassaux : Roger de BeaumontLanfranc,Roger II de Montgomery pour gouverner le duché en son absence. Beaucoup de soldats dans son armée sont des puînés auxquels le droit d’aînesse laisse peu de chance d’hériter d’un fief. Guillaume leur promet, s’ils se joignent à lui en apportant leur propre cheval, une armure et des armes, qu’il les récompensera avec des terres et des titres dans son nouveau royaume.

Retardée quelques semaines par des vents défavorables et des conditions météorologiques contraires, l’armée normande attend dans la baie de Saint-Valery-sur-Somme le moment propice pour embarquer tandis que le sort de l’Angleterre continue à se jouer dans le nord de l’Angleterre envahi en septembre par le roi norvégien Harald Hardraada qui conquiert York le 20 septembre et trouve des alliés (Morcar de Northumbrie, les Écossais, etc.). Harold II d'Angleterre, dont les forces sont réunies à la va-vite, marche néanmoins vers le nord et, le 25 septembre, surprend les Vikings à la bataille de Stamford Bridge. C’est une victoire pour le roi anglo-saxon. Le roi norvégien y meurt.

Poussée par un vent enfin favorable, l’armada normande débarque entre temps dans la baie de Pevensey (Sussex), le , quelques jours à peine après la victoire d’Harold sur les Norvégiens. Cette conjonction s’avère cruciale : l'armée d'Harold, déjà épuisée par les combats contre Harald, doit traverser à marches forcées toute l'Angleterre du Nord au Sud et se battre contre un ennemi reposé et qui a eu le temps de se retrancher. Guillaume ne tarde pas à prendre pour base la bourgade voisine de Hastings où il met sur pied un château de terre et de bois. Le choix du Sussex comme lieu de débarquement est une provocation directe pour Harold car cette région était son domaine personnel. Guillaume commence immédiatement à ravager la terre ce qui incite peut-être Harold à répondre dans la précipitation au lieu d’attendre des renforts de Londres. Ceci a également joué en faveur de Guillaume qui, s’il avait dirigé ses forces vers l’intérieur de l’Angleterre, aurait pu être coupé de ses voies de ravitaillement, encerclé par l’armée d’Harold constituée de sa garde personnelle, les housecarls, et de troupes levées dans le sud du pays.

La rencontre entre les deux armées aura lieu le 14 octobre, à Hastings. [source]

A suivre...


La conquête normande de l’AngleterreLoin de se limiter à la seule année 1066, se prolongera pendant près de cinq ans, jusqu’en 1070. C’est un événement capital dans l’histoire du Moyen Âge pour plusieurs raisons. 
     Elle a pour conséquence première la réunion du duché de Normandie et du royaume d'Angleterre sous l’autorité d’un même homme : Guillaume le Conquérant. Chaque état conservait toutefois sa personnalité, son administration propre. 
     Cette conquête représente une ligne de partage importante dans l’histoire de l’Angleterre et même de l’Europe. Le royaume fut en effet complètement bouleversé par l’événement. L’élite anglo-saxonne, vaincue, disparut au profit d’une autre, venue du continent. Les conquérants apportèrent leur langue et leur culture. Détaché de l’influence de la Scandinavie, le pays sera dorénavant beaucoup plus étroitement lié à l’Europe continentale. 
     Surtout, 1066 prépare la montée en puissance de l’Angleterre qui bientôt intégrera le cercle des monarchies les plus puissantes d’Europe. 
     Enfin, la conquête met en place les éléments d’un conflit avec la France qui se prolongera jusqu’au xixe siècle.

   Cette épopée militaire du duc de Normandie relève encore aujourd'hui de l’exploit puisqu'elle demeure à ce jour la dernière conquête réussie de l’Angleterre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire