12 septembre

Résultat de recherche d'images pour "saint nom de marie"

Fête du saint Nom de Marie


A Czestochowa, sur la colline lumineuse (Jasna Gora), on invoque chaque jour le saint nom de Marie devant l’icône miraculeuse. Ce nom est celui de la Reine de Pologne. Chaque matin à 6 heures retentit une fanfare : c’est l’« Intrada royale » qui annonce le lever de la Reine. Alors monte lentement la lourde plaque de métal qui cache l’icône, et la Reine apparaît, somptueusement vêtue, et elle vous regarde, de son regard de sereine compassion, avec son Fils qui tient d’une main l’Evangile et de l’autre pointe du doigt vers le visage de sa Mère : regardez-la. Contentez-vous de la regarder. Respice ad Mariam. Alors commencent les louanges de la Mère de Dieu, et la première messe. Puis il y aura le rosaire : Zdrowaś Maryjołaski pełna… Święta Maryjo, Matko Boża…
A midi la Reine se retire : la fanfare retentit et la plaque redescend. Mais dès 13h 30 Marie revient voir ses enfants.
Le soir, après la dernière messe, la fanfare retentit de nouveau. Les trompettes annoncent le coucher de la Reine. Et la lourde plaque redescend devant l’icône.

12 septembre 1683 : bataille de Vienne

Afficher l'image d'origine
Le 15 août 1683, devant la Reine était agenouillé le roi de Pologne, Jean III Sobieski. L’empereur l’avait appelé au secours, car l’armée ottomane, venue de Belgrade, assiégeait la ville. Peu avant, Sobieski avait brisé le siège de Lwow. Il était l’homme de la situation. Mais cette fois il s’agissait de tout autre chose. C’était le grand vizir en personne qui dirigeait les opérations. Non pas pour prendre Vienne, mais pour s’emparer de l’Occident au nom du sultan et d’Allah. Jean Sobieski était convoqué pour sauver la chrétienté. Il le savait. C’est pourquoi il avait décidé de partir de ce lieu, ce jour. Car le général des troupes chrétiennes ne peut être que Marie, qui est « terrible comme une armée rangée en ordre de bataille » et qui « seule a détruit toutes les hérésies ». Elle avait déjà vaincu les Turcs à Lépante, elle devait les vaincre à Vienne.
Sobieski part donc de Czsestochowa le jour de l’Assomption. Le 30 août il est à Vienne, à la tête de 74.000 hommes, dont 26.000 Polonais, les troupes impériales conduites par Charles de Lorraine, et celles de plusieurs princes allemands (naturellement la France de Louis XIV est absente…). Le pape, le bienheureux Innocent XI, a dépêché comme aumônier le capucin Marco d’Aviano. Le bienheureux Marco d’Aviano galvanise les troupes par des prêches enflammés, modérément pacifistes et légèrement islamophobes. En face, les Ottomans sont plus de 200.000.
La situation ne cesse de se détériorer. Les assaillants multiplient les brèches. Le matin du 12 septembre, après la messe que célèbre Marco d’Aviano et que sert le roi de Pologne, c’est la contre-attaque. Mais en fin d’après-midi, malgré les exploits de Charles de Lorraine, la situation est indécise, et tout le monde est épuisé. C’est alors que Sobieski, sabre au clair, déboule à la tête de ses fameux « hussards volants » sur le camp du vizir. La surprise est telle que c’est la panique chez les Turcs, qui s’enfuient en abandonnant tout sur place. Sobieski s’installe dans la tente du vizir, et il envoie un message au pape, en quatre mots : « Venimus, vidimus, Deus vincit ». Ce sont les paroles de César, magnifiquement transposées en langage chrétien : il dit « nous », pas «  je », et ce n’est pas le roi qui a vaincu, mais Dieu.
Pour célébrer la victoire, les boulangers de Vienne inventent le croissant, et avec le café abandonné par les Turcs on invente une boisson qu’on appelle capuccino, en hommage au capucin Marco d’Aviano.
Sobieski repart avec ses troupes. Il passe par la Hongrie, où il écrase l’arrière-garde de l’armée du vizir. Puis il rentre en Pologne : à Czestochowa, où il s’agenouille devant l’icône, et dépose la tente du vizir et quelques joyaux du butin pris sur les Turcs. Cette tente et ces joyaux (d’autres sont au musée du palais royal du Wawel à Cracovie) sont visibles dans le musée du monastère de Jasna Gora (presque en face de la chapelle de l’icône).
Le 12 septembre, c’était, cette année-là, le dimanche dans l’octave de la Nativité de la Sainte Vierge. Le pape décrète que désormais on célébrera en ce dimanche la fête du saint nom de Marie. Lorsqu’il réformera le calendrier pour que le dimanche ne soit pas sans arrêt supplanté par la fête d’un saint, saint Pie X établira la fête du saint nom de Marie à la date anniversaire de la victoire de Vienne, à savoir le 12 septembre. Il se trouve que le 12 septembre est le jour de clôture de la fête de la Nativité de la Mère de Dieu dans le calendrier byzantin… Non, le hasard n’existe pas. (Source)

Jean III Sobieski

Image illustrative de l'article Marie Casimire Louise de La Grange d'Arquien
Image illustrative de l'article Jean III SobieskiLe héros de l'Europe, "Sauveur de Vienne et de la civilisation occidentale", le roi Jean III Sobieski (1629-1696), roi de Pologne et grand-duc de Lithuanie (1674-1696), mourut il y a 320 ans, le 17 juin 1696. Son épouse, la reine Marie-Casimire (née de La Grange d'Arquien), mourut quant à elle il y a 300 ans, le 30 janvier 1716 à Blois. Son corps fut rapatrié à Varsovie auprès de celui de son époux. Elle lui avait donné 14 enfants, dont seuls 4 survécurent.


Requiescant in pace.

Homélie lors de la Messe de requiem pour le Lion de Pologne, 
le 16 juin dernier à Saint-Eugène-Sainte-Cécile à Paris.

Kardinal: "Viele Muslime wollen Eroberung Europas" (Bild: APA/ROLAND SCHLAGER)
Résultat de recherche d'images pour "cardinal schonborn armes"Lors de la Messe du Saint Nom de Marie, dimanche à la cathédrale Saint-Étienne à Vienne, commémorant la libération de la ville en 1683, S.Em.R. le cardinal autrichien Christophe Schönborn a averti :
« Dieu, aie pitié de l'Europe et de ton peuple, qui est en danger de perdre notre héritage chrétien ».
« Il y a une conquête islamique de l'Europe, de nombreux Musulmans veulent cela et dire : l'Europe est à la fin" ».
Addendum : Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a une fois de plus appelé l’Europe assiégée à ne plus accueillir d’immigrés non chrétiens :
viktor-orban-hongrie« Si l’Europe désire le meilleur pour elle-même, elle doit être maîtresse de la mer Méditerranée et – comme le faisaient les anciens empereurs Romains – couler les bateaux vides et non autorisés. » 
« Il est tout simplement évident que si nous invitons les réfugiés à venir : ils viendront. » 
« Pour eux c’est une occasion unique de pouvoir détruire l’Europe qui est fondée sur la Chrétienté et l’identité nationale afin de complètement modifier les fondations ethniques de l’Europe. » 
« Mais cette guerre est aussi une excellente opportunité pour les partisans des États-nations ayant des racines chrétiennes. Notre grande opportunité aujourd’hui est de bloquer toute discussion sur les quotas obligatoires d’immigrés à accueillir. »
« Ce que nous avons vu de la migration de masse jusqu'à présent n'a été que l'échauffement initial; le match n'a pas encore commencé. » 

Ô Marie, sauvez la Chrétienté !
Jean Sobieski, reposez en paix et intercédez pour l'Europe chrétienne !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire