16 octobre


16 octobre 1793 : Assassinat de la reine Marie-Antoinette par la République.



Afficher l'image d'origine
L'une des grandes 
"valeurs de la République".
« Il y a dans la révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu'on a vu, et peut-être de tout ce qu'on verra. Qu'on se rappelle les grandes séances ! le discours de Robespierre contre le sacerdoce, l'apostasie solennelle des prêtres, la profanation des objets du culte, l'inauguration de la déesse Raison, et cette foule de scènes inouïes où les provinces tâchaient de surpasser Paris : tout cela sort du cercle ordinaire des crimes, et semble appartenir à un autre monde. Et maintenant même que la révolution a beaucoup rétrogradé, les grands excès ont disparu, mais les principes subsistent. Les « législateurs » (pour me servir de leur terme) n'ont-ils pas prononcé ce mot isolé dans l'histoire : « La nation ne salarie aucun culte ? ». (…) Il n'y a plus de prêtres; on les a chassés, égorgés, avilis ; on les a dépouillés: et ceux qui ont échappé à la guillotine, aux bûchers, aux poignards, aux fusillades, aux noyades, à la déportation, reçoivent aujourd'hui l'aumône qu'ils donnaient jadis. (…) L'autorité civile, favorisant de toutes ses forces le renversement du système ancien, donne aux ennemis du Christianisme tout l'appui qu'elle lui accordait jadis : l'esprit humain prend toutes les formes imaginables pour combattre l'ancienne religion nationale. Ces efforts sont applaudis et payés, et les efforts contraires sont des crimes. (…) Les autels sont renversés; on a promené dans les rues des animaux immondes sous les vêtements des pontifes; les coupes sacrées ont servi à d'abominables orgies; et sur ces autels que la foi antique environne de chérubins éblouis, on a fait monter des prostituées nues. (…) Français ! faites place au Roi très chrétien, portez-le vous-même sur son trône antique ; relevez son oriflamme, et que son or, voyageant encore d'un pôle à l'autre, porte de toutes parts la devise triomphale ». Considérations sur la France - chapitre V, par le comte Joseph de Maistre


Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

In Memoriam Mariae Antoniae,
Reginae et Martyris

Afficher l'image d'origine

 Afficher l'image d'origine

La Confrérie royale vous invite à réciter le psaume De profundis pour le repos de l'âme de notre Reine.

De profundis clamavi ad te, Domine, Domine, exaudi vocem meam.
Fiant aures tuæ intendentes in vocem deprecationis meæ.
Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ?
Quia apud te propitiatio est, et propter legem tuam sustinui te, Domine.
Sustinuit anima mea in verbo ejus, speravit anima mea in Domino.
A custodia matutina usque ad noctem, speret Israël in Domino.
Quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio.
Et ipse redimet Israël ex omnibus iniquitatibus ejus.
Requiem aeternam dona eis Domine, et lux perpetua luceat eis.

V/ A porta inferi.
R/ Erue, Domine, animam ejus.

V/ Requiescat in pace. R/ Amen.

V/ Domine exaudi orationem meam.
R/ Et clamor ad Te veniat.

Oremus.
Quaesumus Domine pro tua pietate miserere famulae tuae Mariae Antoniae : et a contagiis mortalitatis exutam, in aeternae salvationis partem restitue. Per Christum Dóminum nostrum. R/ Amen.

3 commentaires:

  1. Prier pour le repos de son âme? Soit.
    Mais si elle n'est pas montée au ciel depuis 223 ans, nous avons du souci à nous faire... Elle est, comme le roi Louis XVI martyr de la foi.
    Demandons plutôt son intercession.
    Saint-Georges

    RépondreSupprimer
  2. Bien d'accord avec vous, mais tant que le Siège Apostolique ne l'a pas canonisée, nous ne pouvons pas nous permettre de la déclarer sainte. En outre, comme la date du 21 janvier, celle du 16 octobre mérite d'être commémorée de manière spéciale, tant qu'est au pouvoir le régime qui a commis ce double régicide. Enfin, comme le révéla N.D. de Fatima à Lucie, une âme peut être au Purgatoire jusqu'à la fin du monde... même si, comme vous, nous ne doutons pas que notre Reine soit au Ciel !

    RépondreSupprimer
  3. Et rendre un culte à une personne non encore béatifiée peut nuire fortement au procès canonique en béatification et canonisation ! Soyons donc prudents si nous voulons que Marie-Antoinette soit prochainement canonisée...

    RépondreSupprimer