5 octobre

Afficher l'image d'origine

12e centenaire du sacre de Louis Ier le pieux

fils de saint Charlemagne,
roi des Francs et empereur
1er sacre célébré à Reims
par saint Etienne IV
suivi ensuite par 30 autres de nos souverains.



Charlemagne et son fils Louis le Pieux
Charlemagne et son fils Louis le Pieux.

L’empereur Louis, instruit du départ prochain de [saint, NDLR] Étienne IV (pape depuis le 12 juin 816), ordonna à son neveu Bernard de lui servir d’escorte. A mesure que le pape avançait, d’autres délégués venaient lui faire honneur et préparer ses logements. D’Aix-la-Chapelle, Louis se rendit à Reims pour y attendre son arrivée. A l’approche du pontife, Hildebalde, archichapelain du palais, Théodulfe, évêque d’Orléans, et Jean, archevêque d’Arles, allèrent à sa rencontre avec une suite de clergé, tous revêtus des ornements sacerdotaux.
Miniature contemporaine de l'école de Fulda datant de 826 représentant Louis le Pieux. Liber de laudibus Sanctae Crucis, Codex Vaticanus Reginensis latinus 124.
L’Empereur s’avança enfin à un mille du monastère de Saint-Remi. Le prince et le Pape, en s’apercevant, descendirent de cheval. Louis se prosterna trois fois jusqu’à terre devant Étienne, nouveaux honneurs que Charlemagne n’avait point rendus à Adrien Ier ; et se relevant à la troisième génuflexion, il salua le pontife par ces mots : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur. » Le pape répondit : « Béni soit le Seigneur notre Dieu qui nous a donné de voir de nos yeux un second David. »


 
Ils s’embrassèrent et se dirigèrent vers l’église du monastère. Étienne y entra, soutenu sur la main de l’Empereur, tandis que le clergé entonnait solennellement le cantique de saint Ambroise [le Te Deum, NDLR]. Le prince et le pontife restèrent longtemps prosternés en prières devant l’autel. Puis Étienne se leva, et haussant la voix avec son clergé, il adressa à Louis les acclamations usitées envers l’Empereur. Ils entrèrent dans l’intérieur du monastère où le Pape exposa au prince les motifs de son voyage. Il bénit le pain et le vin en sa présence, et les lui offrit. L’Empereur rentra ensuite dans la cité, et le pape resta dans le monastère qui lui était assigné pour quartier.

Ermengarde of Hesbaye
L'impératrice Ermengarde.
Le lendemain, l’Empereur convia le pontife et lui servit un splendide banquet. Le troisième jour de son arrivée, le Pape reçut lui-même le monarque à son logis et à sa table ; il lui offrit de riches présents, ainsi qu’à la reine Hermengarde, aux seigneurs francs et aux officiers du palais. Enfin, le jour suivant, qui était un dimanche, Étienne célébra une messe solennelle. Au milieu de cette cérémonie, il sacra empereur le roi Louis, en présence du clergé et de tout le peuple, et lui mit sur la tête un diadème orné de pierreries qu’il avait apporté avec lui. Il couronna également l’impératrice Hermengarde, et la salua du nom d’Augusta. [Elle meurt en 818 et est enterrée en la cathédrale d'Angers, NDLR]

L’Empereur à son tour offrit des présents plus magnifiques au Pape. Ils se donnèrent de vifs et réciproques témoignages d’amitié, et traitèrent, disent nos annales (Eginhard), les différents points qui concernaient l’avantage de l’Église. Après quoi, le Pape, ayant obtenu du prince toutes ses demandes, pensa à son retour. Il rappela les exilés qui avaient fui en France pour des délits commis envers l’Église romaine ou contre son prédécesseur [saint, NDLR] Léon III. Il les ramena dans Rome, donnant ainsi à la France et à l’Italie une preuve manifeste de sa générosité et de sa clémence. L’Empereur fit reconduire Étienne jusqu’à Rome par ses officiers ; lui-même prit la route du palais de Compiègne où il reçut une double ambassade des Slaves Abotrites et du califat d’Espagne qui envoyait solliciter la paix. Il y séjourna environ vingt jours et retourna à sa résidence d’Aix-la-Chapelle.

Ainsi se passèrent les conférences de Reims. Tel fut l’acte remarquable par lequel Louis le Pieux abdiqua en quelque sorte dans le monastère de Saint-Remi le don que son père lui avait fait sur l’autel d’Aix-la-Chapelle [d'être indépendant du Saint-Siège, NDLR]. II sembla même, qu’à l’exemple de son aïeul Pépin, Louis n’avait appelé en France le pontife romain que pour qu’il lui donnât l’onction à la face de son peuple ; car les historiens ne nous rendent point compte de ce qui se traita en ce voyage pour l’utilité de l’Église et du Saint-Siège.
Généalogie des Carolingiens
Les rois sacrés dans la cathédrale carolingienne (cathédrale construite à l'emplacement de l'ancienne vers 817) l'étaient du vivant de leur père.

Dimanche 14 mai 1027 : Henri 1er
Dimanche 23 mai 1059 : Philippe 1erDimanche 14 avril 1129 : Philippe fils ainé de Louis VI (mort en 1131 avant d'avoir régné)
Dimanche 25 octobre 1131 : Louis VII
Jeudi 1er novembre 1179 : Philippe II



Liste des 25 rois sacrés dans la cathédrale actuelle (suite à l'incendie de la cathédrale carolingienne en 1210, construction de la cathédrale actuelle à partir de 1211).

Dimanche 6 août 1223 : Louis VIII le Lion
Dimanche 29 novembre 1226 : Louis IX (Saint Louis)
Samedi 15 août 1271 : Philippe III le Hardi
Dimanche 6 janvier 1286 : Philippe IV le Bel
Dimanche 3 août 1315 : Louis X le Hutin
Dimanche 13 janvier 1317 : Philippe V le Long
Dimanche 21 février 1322 : Charles IV le Bel
Dimanche 29 mai 1328 : Philippe VI de Valois
Dimanche 26 septembre 1350 : Jean II le Bon
Dimanche 19 mai 1364 : Charles V
Dimanche 4 novembre 1380 : Charles VI
Dimanche 17 juillet 1429 : Charles VII (conduit par Jeanne d'Arc)
Samedi 15 août 1461 : Louis XI
Jeudi 20 mai 1484 (Ascension) : Charles VIII
Dimanche 27 mai 1498 : Louis XII
Jeudi 25 janvier 1515 : François 1er
Mardi 26 juillet 1547 : Henri II
Lundi 18 septembre 1559 : François II
Jeudi 15 mai 1561 (Ascension) : Charles IX
Dimanche 13 février 1575 : Henri III
Dimanche 17 octobre 1610 : Louis XIII
Dimanche 7 juin 1654 : Louis XIV
Dimanche 25 octobre 1722 : Louis XV
Dimanche 11 juin 1775 : Louis XVI
Dimanche 29 mai 1825 : Charles X


Depuis 1027, deux rois n'ont pas été sacrés à Reims :

Louis VI a été sacré à Orléans par l'archevêque de Sens en 1108, Henri IV a été sacré à Chartres le 27 février 1594.

Résultat de recherche d'images pour "confrerieroyale"Rappelons que ce samedi 8 octobre 2016,
pour l'inauguration de la plaque commémorative, 
des conférences et un concert
(Institut de la Maison de Bourbon).
Résultat de recherche d'images pour "confrerieroyale"

La Confrérie royale sera représentée par des membres à cet événement, présage nous l'espérons d'un prochain sacre en cette cathédrale, le trente-deuxième.


Seigneur, Auteur de l'étroite union du Trône et de l'Autel,
donnez à l'Eglise et à l'Etat, au Pape et au Roi, 
de vivre en parfaite intelligence, 
dans l'autonomie respective de leurs dignités.

&
12e centenaire du pontificat de S. Etienne IV
et de sa visite en France
Image illustrative de l'article Étienne IV (pape)

Il est le fils d'un noble romain appelé Marinus et fait partie de la même famille qui a également donné les papes Serge II et Adrien II. Dans sa jeunesse, il est élevé au palais du Latran, sous le pontificat du pape Adrien Ier ; c'est sous le règne de son prédécesseur, le pape Léon III, qu'il est d'abord ordonné sous-diacre avant d'être ordonné, par la suite, diacre. Très populaire parmi le peuple romain, dans les dix jours qui suivent la mort de Léon III, il est escorté à la basilique Saint-Pierre et consacré évêque de Rome le . Il a été avancé que sa rapide élection était une tentative du clergé romain afin de s'assurer que l'empereur romain ne puisse pas s'immiscer dans l'élection.
Afficher l'image d'origineImmédiatement après sa consécration, il ordonne au peuple romain de jurer fidélité au roi des Francs et empereur de l'occident Louis le Pieux. Il envoie des émissaires à l'empereur lui notifiant son élection et organise une réunion entre eux deux, à la convenance de l'Empereur. À la suite de l'invitation de Louis, Étienne IV quitte Rome en août 816, traverse les Alpes avec l'aide de Bernard d'Italie, le roi des Lombards. Au début d'octobre, le Pape et l'Empereur se rencontrent à Reims ; Louis se prosterne à trois reprises devant Étienne IV. À la messe, le dimanche , Étienne consacre et oint Louis en tant qu'empereur, puis lui place une couronne sur la tête, couronne que l'on prétendait appartenir à Constantin Ier. Dans un même temps, il couronne également impératrice l'épouse de Louis Ermengarde de Hesbaye et la salue avec le titre honorifique d'Augusta. Cet événement est perçu comme une tentative de la papauté à établir un rôle dans la création d'un empereur, en parallèle à l'auto-couronnement de Louis en 813. Louis l'empereur offre un certain nombre de cadeaux à Étienne IV, comprenant une session de terres (le plus probable à Vendeuvre-sur-Barse) accordées à l'Église romaine. Ils renouvellent également le pacte entre les papes et les rois Francs, confirment les privilèges de l'Église romaine et la persistance des États pontificaux. Étienne IV élève également l'évêque Théodulf d'Orléans au rang d'archevêque tandis que Louis libère de leur exil, tous les prisonniers politiques originaires de Rome qui sont détenus par l'empereur, à la suite du conflit qui a sévi dans la première partie du règne du pape Léon III. Il est également pensé qu'Étienne IV demande à Louis d'appliquer des réformes envers les membres du clergé qui ont vécu sous la Règle de Chrodegang ; cela comprend de veiller à ce que les hommes et les femmes vivent dans des couvents séparés et qu'ils doivent tenir des maisons sous un titre de propriété commune. Il réglemente également la quantité de nourriture et de vin qu'ils peuvent consommer.

Après la visite de Ravenne, sur le chemin du retour de Reims, Étienne IV revient à Rome vers la fin de novembre 816. Puis, il abandonne apparemment la politique de Léon III, qui favorise le clergé plus que l'aristocratie laïque et accomplit l'ordination traditionnelle des prêtres et des évêques. En décembre il confirme les possessions de l'Abbaye de Farfa aux conditions que chaque jour, les moines récitent une centaine de Kyrie eleison mais aussi qu'ils paient annuellement à l'Église romaine, dix solidi d'or. Étienne IV décède le . Il est enterré à Saint-Pierre et remplacé par le pape Pascal Ier. (source)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire