7 octobre

7 octobre 1793 : 
Profanation de la sainte Ampoule de Reims par les révolutionnaires
Afficher l'image d'origine 

         Il y a 223 ans aujourd'hui, alors que la France était soumise au joug sanglant de la Révolution, les ennemis du catholicisme, après avoir assassiné le roi très chrétien, ont voulu briser un autre élément essentiel manifestant le lien indissoluble entre le trône et l'autel : la sainte Ampoule de Reims.
            Qu'est-ce que la sainte Ampoule ? Une petite fiole contenant l'huile sacrée destinée au sacre des rois. Elle trouve son origine dans le saint Chrême miraculeusement apporté par une colombe à saint Rémi, lors du baptême de Clovis, le premier roi chrétien des Francs. L'archevêque Hincmar de Reims († 882) soulignait que ce miracle désigna le roi de France comme l'élu de Dieu, revêtu de l'onction sainte et pourvu ainsi d'une dignité quasi-sacerdotale. Conservé dans une ampoule précieusement gardée dans l'abbaye de Saint-Rémi, le baume miraculeux, mélangé à du saint Chrême, était employé pour les sacres de nos rois, depuis celui de Louis le Pieux en 816, dont S.M. le Roi viendra célébrer demain le 1200e anniversaire.
Résultat de recherche d'images pour "ruhl casse la sainte ampoule 1793"
Le Protestant Philippe Rühl,.
            La sainte Ampoule traversa les siècles entourée de la vénération des Chrétiens de France et d'Europe (plusieurs scrofuleux traversaient les frontières pour venir se faire toucher par le roi très chrétien), jusqu'à ce funeste 7 octobre 1793, où la folie antichrétienne des « régénérateurs » de la France, a décidé de détruire cet incomparable talisman de l'alliance éternelle entre Dieu et son royaume de prédilection. Elle fut brisée sur le socle de la statue déboulonnée de Louis XV - autre symbole - par Philippe Rühl mais son précieux contenu avait été au préalable retiré et mis en lieu sûr par le curé constitutionnel (schismatique) de Reims. Quelques jours après, les sépultures de la nécropole royale de Saint-Denis étaient sauvagement profanées par les révolutionnaires qui, non contents de frapper uniquement les vivants, avaient décidé de s'attaquer aux morts, preuve incontestable du caractère morbide et mortifère de l'idéologie véhiculée par cette odieuse révolte contre l'Église et la monarchie sacrée. Une révolte qui est au fond le pilier « sacramentel » de cet « esprit de la république » dont on nous rebat les oreilles depuis tant d'années...
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste de Latil
Mgr de Latil au sacre de Charles X.
            Trente-deux ans après ce terrible forfait, le 22 mai 1825, en prévision du sacre de Charles X, Mgr Jean-Baptiste de Latil, archevêque de Reims, effectua solennellement la reconnaissance et le transvasement des restes du baume sacré dans un nouveau reliquaire, conservé aujourd'hui à l'archevêché de Reims.
            La vénération de cette incomparable relique doit être pour tout Français, fidèle à la foi catholique et à la tradition monarchique, le symbole d'un combat pour les authentiques valeurs de la France. Tout comme la sainte Vierge, implorée par des foules de fidèles ce même 7 octobre, mais en 1570, a écrasé la menace ottomane qui infestait la Méditerranée, la sainte Ampoule est un bouclier assuré contre la malédiction qui frappe la France. Notre dévotion à la sainte Ampoule, dévotion réparatrice face au crime de 1793, doit être un fondement à redécouvrir de notre espérance pour la France de demain ; demain où la malédiction de 1793 sera conjurée par le retour des Français à l'inaliénable pacte de Reims. 

Afficher l'image d'origine1825, ou "la revanche de la Sainte Ampoule"...


© Blog du Mesnil -Marie

Voici la traduction des trois prières récitées par l'archevêque de Reims après les onctions du sacre :


Seigneur Jésus Christ oignez ce Roi au gouvernement, ainsi que vous avez oint les Prêtres, Rois, Prophètes et Martyrs, qui par foi ont vaincu les Royaumes, opéré justice, et obtenu les promissions. Votre très sacrée onction découle sur son chef, descende jusques au dedans, pénètre le profond de son cœur, et soit par votre grâce fait digne des promesses, qu’ont obtenues les très victorieux Rois : afin qu’il règne heureusement au siècle présent, et parvienne à leur compagnie au règne céleste, par notre Seigneur Jésus Christ votre fils, qui a été oint de l’huile de joie par dessus tous les consorts : et en vertu de la croix a défait les puissances de l’air, détruit les enfers, vaincu le Royaume du Diable, et vainqueur est monté aux cieux, en la main duquel consistent victoire, toute gloire et puissance et vit et règne avec vous Dieu en unité du Saint Esprit, par tous les siècles des siècles. Amen. 

Seigneur Dieu, qui êtes la force des cieux, et hautesse des humbles, qui avez au commencement voulu châtier les péchés du monde par l’effusion du déluge, et démontré par la colombe portant le rameau d’olive, la paix être rendue aux terres et après par onctions d’huile ordonné Prêtre votre serviteur Aaron et puis par effusion de cet onguent avez rendu parfaits les Prêtres, Rois, et Prophètes pour régir le peuple d’Israël et par la voix prophétique de David votre serviteur avez prédit, que la face de l’Église serait joyeuse en huile : Ainsi nous vous supplions, Père tout puissant, que votre plaisir soit sanctifier de votre bénédiction votre serviteur par la grâce de cette créature : à ce qu’il apporte à la semblance de la colombe, la paix de la simplicité au peuple à lui commis : qu’il imite diligemment au service de Dieu, les exemples d’Aaron, et qu’il atteigne toujours les hautesses du Royaume en conseils de science, et équité de jugement. Et le faites avoir par cette onction d huile, moyennant votre aide, la face préparée à joie à tout le peuple, par Jésus Christ. 

Jésus Christ notre Seigneur, Dieu, fils de Dieu, qui par le Père a été oint de l’huile d’exultation par dessus tous ses participants, par la présente infusion du sacré onguent du Saint Esprit, infuse sur votre chef sa bénédiction, et la fasse pénétrer jusques à l’intérieur de votre cœur : afin que puissiez par ce don visible et traitable percevoir les choses invisibles. Et après avoir par justes modérations, accompli le règne temporel, régner avec lui éternellement. Par Jésus Christ.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire