Requiescant in pace


Afficher l'image d'origine« Puisqu’il en est beaucoup, même parmi les Catholiques, qui n’hésitent pas à célébrer cette coutume barbare qui répugne non seulement à la piété chrétienne, mais encore à la piété naturelle envers les corps des défunts, et que l’Église, dès les origines, a constamment proscrite, […] il faut avertir les fidèles que cette crémation des cadavres n’est louée et propagée par les ennemis du nom chrétien qu’à la seule fin de détourner peu à peu les esprits de la médiation de la mort, de leur enlever l’espérance en la résurrection des morts, et de préparer ainsi la voie au matérialisme ».
Instruction du Saint-Office, du 19 janvier 1926.

« Les corps des fidèles doivent être ensevelis ; leur crémation est réprouvée. Si quelqu’un ordonne, de quelque manière que ce soit, de livrer son corps à la crémation, il est défendu d’exécuter cette volonté. Si cette condition est opposée à un contrat, testament ou acte quelconque, on la considérera comme non avenue » et l’article 1240 : « En outre, celui qui a donné un tel ordre (certain et non excusé par la bonne foi) doit être privé de sépulture ecclésiastique (même si l’incinération n’a pas lieu par le fait d’un tiers), à moins qu’il n’ait donné avant de mourir, des signes de repentir » .
Canon 1203 du Code de droit canonique, de 1917.


« La crémation est un rite barbare, impie et scandaleux, gravement illicite ».
Pie XI, en 1926.


« Si l’Église continue de préférer l’inhumation des corps, elle n’interdit pas la crémation et « ne voit pas de raisons doctrinales pour prohiber cette pratique. En effet, la crémation du cadavre ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps ». L’Église précise que « les cendres du défunt doivent être conservées normalement dans un lieu sacré, à savoir le cimetière ou, le cas échéant, une église ou un espace spécialement dédié à cet effet par l’autorité ecclésiastique compétente » ».
Instruction Ad resurgendum cum Christo de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, du 25 octobre 2016.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire