Citation

"D'abord gagner la bataille des mots".



Le nominalisme (ndt: selon la définition du Larousse "Doctrine philosophique selon laquelle les mots ne désignent pas la réalité, mais seulement notre représentation de celle-ci") était une doctrine de racines gnostiques condamnée par l'Eglise au Moyen Age. Dit avec le maximum de simplicité conceptuelle, c'était la tentative hérétique de remplacer la réalité par le «flatus vocis» (souffle de la voix), par un concept auquel ne répondait aucune réalité effective. Le mensonge idéologique, en fait. 
Parce que ceux qui utilisent ces instruments de coercition de masse savent bien que «les mots sont des rochers», qui influent lourdement sur l'esprit humain, parfois même plus que la réalité. En changeant les mots ou la signification des mots, on ne change pas la réalité, bien sûr, mais la perception idéologique et psychologique de la réalité par l'individu et la société tout entière. [...] Quand des révolutions marquant une époque - qu'elles soient politiques, religieuses, sociales ou encore intellectuelles et morales - sont en cours, on voit toujours apparaître un nouveau vocabulaire. 
Aujourd'hui, le nouveau vocabulaire du néant institutionnalisé est très riche et s'enrichit chaque jour et chaque jour, il détermine des changements sur l'esprit des gens, en particulier des plus faibles, des distraits, des naïfs ou tout simplement des opportunistes. Et ainsi change la société. [...] 
Et puisque le changement en cours marque une époque, et est d'une subversivité sans fin, il faut beaucoup de mots subversifs et vides, un parfait nominalisme révolutionnaire visant à détruire l'ordre spirituel, moral, politique, et même socio-économique et ethno-anthropologique du monde entier. 
Les termes [...] servent à créer des esclaves: esclaves d'abord du point de vue mental et spirituel, puis psychologique et finalement physique. Le fait que ces nominalismes soient soutenus par la législation totalitaire (c'est-à-dire que celui qui s'y oppose est un monstre social et risque même la prison: essayez de dire que vous êtes homophobe ou xénophobe) est la preuve irréfutable de ce que nous affirmons, autrement dit de leur tâche de créer esclaves. [...] 
Cette pensée du moins devrait nous déranger, et pas qu'un peu. Moi, elle me dérange. Et être dérangé ne suffit pas. Nous devons réagir. Et immédiatement. Et tous.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire