Citation

Résultat de recherche d'images pour "cardinal caffarra""Seul un aveugle peut nier qu’il y a dans l’Eglise une grande confusion, de l’incertitude et du désarroi provoqués par quelques paragraphes d’Amoris Laetitia. [...] La division, qui existe déjà dans l’Eglise, est la cause de la lettre, pas son résultat. En revanche, ce qui est véritablement indigne dans l’Eglise, ce sont, dans le contexte que je viens d’évoquer, les insultes et les menaces de sanctions canoniques. [...] Nous parlons de questions qui ne sont pas secondaires. Nous ne sommes pas en train de discuter pour savoir si le poisson rompt ou pas l’abstinence. Il s’agit de questions d’une extrême importance pour la vie de l’Eglise et pour le salut éternel des fidèles. Ne l’oublions jamais : le salut éternel des fidèles est bien la loi suprême dans l’Eglise. Rien d’autre. Jésus a fondé son Eglise pour que les fidèles aient la vie éternelle et qu’ils l’aient en abondance. [...] 
     Penser une praxis pastorale qui ne serait pas fondée et enracinée dans la doctrine signifie fonder et enraciner la praxis pastorale dans l’arbitraire. Une Eglise qui n’accorde que peu d’attention à la doctrine n’est pas une Eglise plus pastorale mais une Eglise plus ignorante. La vérité dont nous parlons n’est pas une vérité formelle mais une Vérité qui donne le salut éternel : Veritas salutaris, en langage théologique. Je m’explique. Il y a une vérité formelle. Par exemple, je veux savoir si le fleuve le plus long du monde est l’Amazone ou le Nil. Il s’avère que c’est l’Amazone. C’est là une vérité formelle. Formelle signifie que cette connaissance n’a aucun rapport avec ma manière d’être libre. Même si la réponse avait été le contraire, rien n’aurait changé dans ma manière d’être libre. Mais il y a des vérités que j’appelle existentielles. S’il est vrai – comme déjà Socrate l’enseignait – qu’il est meilleur de subir une injustice que de la commettre, j’énonce une vérité qui pousse ma liberté à agir autrement que si c’était le contraire qui était vrai. Quand l’Eglise parle de vérité – ajoute-t-il – elle parle de vérité du second type celle qui, lorsque le liberté s’y soumet, engendre la vraie vie. Quand j’entends dire qu’il s’agit seulement d’un changement pastoral et pas doctrinal, ou bien on pense que le commandement qui interdit l’adultère est une loi purement positive qui peut être modifiée (et je pense qu’aucune personne droite ne peut retenir cette dernière affirmation), ou bien cela signifie que l’on admet que le triangle a généralement trois côtés mais qu’il est possible d’en construire un qui en a quatre. C’est-à-dire : je dis une chose absurde. Les médiévaux ne disaient-ils pas déjà : theoria sine praxis, currus sine axis ; praxis sine theoria, caecus in via” (théorie sans pratique : char sans axe ; pratique sans théorie : aveugle sur le chemin).
Cardinal Caffara

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire