Citation

Au milieu du marasme républicain actuel...

La Famille royaleLes Français, bien qu’ils défendent majoritairement la liberté de mœurs à titre personnel, ont un profond dégoût pour les frasques licencieuses de leurs élus. Les vertus familiales sont à leurs yeux le meilleur garant de leurs vertus politiques. C’est pourquoi [de nos jours] on tue plus sûrement un homme d’État en révélant un scandale domestique qu’en lui reprochant de mal gouverner.
     Car Platon et Aristote nous l’avaient enseigné il y a des siècles, la règle avec laquelle nous vivons la famille servira de mesure à notre vie politique. Elle est un sas de maturation entre le caractère personnel et le gouvernement des peuples. 
     Pourtant, objectera-t-on, nous eûmes dans l’Histoire de France de nombreux rois et présidents [...] fieffés débauchés, qui firent tout de même croître et prospérer le Royaume puis la République de France. Il n’y a donc pas de lien entre l’un à l’autre, semble-t-il.
   C’est qu’aujourd’hui, la situation a changé. La nouvelle organisation mondialiste instaurée à Yalta a victorieusement éradiqué un obstacle majeur : l’ancien ordre social terrien et religieux, enfoui dans les viscères mêmes du peuple, y compris chez les anarchistes les plus amoraux. N’oublions pas qu’en 1950 encore, 50 % de la population française vivait peu ou prou de l’agriculture, au rythme des saisons, de la scolarité des enfants et de l'année liturgique.
     La famille était la souche noueuse d’où se dressaient les amples frondaisons de la patrie. C’est pourquoi [deux] millénaires de civilisation chrétienne se sont attachés à forger ce socle pour le rendre invincible. Les grands de ce monde pouvaient bien dès lors se livrer à toutes sortes de dévergondages dans leurs palais ; tant que tenait cet ordre, leurs débordements étaient épongés avant même de se répandre en place publique. L’impact politique de leurs mœurs personnelles était négligeable.
     Ce temps est révolu. L’idée-même de famille paraît désormais anachronique. Malgré d’ultimes protestations énergiques, elle a connu le coup de grâce avec l’inversion du mariage. Même les candidats affichant de discrètes convictions chrétiennes refusent de mettre en péril leur avenir politique pour elle. [...]
     Seul un chef vertueux aura assez de liberté pour juger des véritables priorités et redonner au peuple des raisons d’espérer. Macron semble l’avoir compris, qui veut reprendre à Fillon le rôle de chevalier blanc. [...]
     Celui, quel qu’il soit, qui se mettrait à trembler devant l’orage de la défaite et s’écrierait “Dieu de Clothilde, si tu me donnes la victoire, je croirai en tes volontés sur la famille”, celui-là capterait l’oreille du Tout-Puissant comme autrefois Clovis… avec les mêmes effets, combien supérieurs aux attentes. Parmi les prétendants, nous ne manquons pas, certes, de puissants chefs de guerre barbares prêts à mourir et à tuer pour la victoire électorale ; non, ce qui nous fait le plus cruellement défaut, ce sont les Clothilde et les Rémi.

Et où se tourner sinon vers le descendant et héritier légitime de Clovis ?!


"Votez Clovis", prend pour titre l'article. 
"Suffrage universel, mensonge universel !", 
répond le bienheureux pape Pie IX.
On ne vote pas pour un père de famille, 
ni pour le père des pères de famille. On l'appelle !
Choisissez Clovis ! Appelez Clovis ! Priez pour Clovis !
L’image contient peut-être : texte
« Chaque fois, ce fut l'union de la dynastie avec les Français qui a permis de reprendre le chemin des lendemains meilleurs. Quelle belle leçon ! Cet espoir, en tant qu'héritier légitime des Rois de France, je souhaite l'incarner ».
Louis XX
21 janvier 2008.

« Chacun peut aider par [...] sa prière à construire notre avenir commun. La France a élevé en son sein de grandes figures que l’Église a fait accéder à la sainteté et en particulier saint Louis. Prions-les pour notre avenir, pour celui de la France ! ».
Louis XX


« Si les Français m'appellent je ne me déroberai pas. Je me sens prêt. Ce sera un changement de vie important, bien sûr, mais les grandes responsabilités ne me font pas peur. [...] Je suis disponible pour la France ».
Louis XX
Juillet 2010.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire