Evénement

Description de l'image Coat of arms of Princess Alicia of Bourbon-Parma (1964-2017).svg.

Décès de S.M. la reine douairière 

des Deux-Siciles

Images intégrées 1

S. A. R. la duchesse douairière de Calabre, 
de jure S.M. la reine douairière des Deux-Siciles, 
née princesse Alice de Bourbon-Parme,
infante d'Espagne,

-fille du prince Elie de Bourbon-Parme (duc de Parme de 1950 à 1959) et de l'archiduchesse Marie-Anne d'Autriche-Teschen, 

-nièce de l'impératrice Zita d'Autriche, de l'impératrice Marie-Louise de Bulgarie et du prince Félix de Luxembourg (époux de la grande-duchesse Charlotte Ière), 
-veuve du prince Alphonse de Bourbon-Deux-Siciles (de jure roi Alphonse II des Deux-Siciles), infant d'Espagne,
-grand-mère du prince Pierre de Bourbon-Deux-Siciles, duc de Calabre (de jure roi Pierre des Deux-Siciles)
-tante de S.M. le roi Jean-Charles Ier d'Espagne et grande-tante de S. M. le roi d'Espagne, Philippe VI,


a été rappelée à Dieu le 28 mars 2017, dans sa 100e année. 


R. I. P.

Infante d'Espagne.
Reine titulaire de Calabre.

La Confrérie Royale invite ses membres et amis à prier le psaume 129 en suffrage pour le repos de l'âme de cette reine catholique.


De profundis clamavi ad te, Domine, Domine, exaudi vocem meam.
Fiant aures tuæ intendentes in vocem deprecationis meæ.
Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ?
Quia apud te propitiatio est, et propter legem tuam sustinui te, Domine.
Sustinuit anima mea in verbo ejus, speravit anima mea in Domino.
A custodia matutina usque ad noctem, speret Israël in Domino.
Quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio.
Et ipse redimet Israël ex omnibus iniquitatibus ejus.
Requiem aeternam dona eis Domine, et lux perpetua luceat eis.

V/ A porta inferi.
R/ Erue, Domine, animam ejus.

V/ Requiescat in pace. R/ Amen.

V/ Domine exaudi orationem meam.
R/ Et clamor ad Te veniat.

Oremus.

Deus, cui próprium est miseréri semper et párcere, te súpplices exorámus pro anima fámulae tuae reginae Alicis, quam hodie de hoc sǽculo migráre iussísti : ut non tradas eam in manus inimíci, neque obliviscáris in finem, sed iúbeas eam a sanctis Angelis súscipi, et ad pátriam paradísi perdúci ; ut quia in te sperávit et crédidit, non pœnas inférni sustíneat, sed gáudia ætérna possídeat. Per Christum Dóminum nostrum. R/ Amen.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire