18 de julio

Prions pour l'Espagne

Foto: Luis Alfonso en la protesta del Valle de los Caídos.(EFE)

“¡El Valle no se toca!”


S.M. le Roi s'est rendu ce dimanche 15 juillet avec la Famille royale à la Messe de 11h célébrée par les Bénédictins de la basilique de la Sainte Croix, dans la Vallée de ceux qui sont Tombés, afin de prier pour l'avenir de l'Espagne, à l'appel du "Mouvement pour l'Espagne". 

S.M. le Roi défendant courageusement la mémoire de son bisaïeul, héros de l'Espagne.


Les religieux sont installés sur cette montagne depuis le 29 mai 1958 (60e anniversaire cette année), et le pape Jean XXIII vint lui-même célébrer la Dédicace de la basilique le 7 avril 1960. 

Visitas al Valle de los Caídos, los fines de semana de junio y julio.Lieu de réconciliation nationale, la Valle de los Caidos a vu ces derniers temps croître les visites d'Espagnols (103% soit 2500 personnes de plus chaque fin de semaine) désireux de manifester leur opposition - qui est celle d'un peu plus de la moitié du pays - à l'annonce par le nouveau gouvernement gauchiste de Pedro Sanchez de l'imminente exhumation (qualifiée d'infamie) du Généralissime, qui sauva l'Espagne et l'Eglise lors de la Guerre civile (1936-1939), par le sursaut national du 18 juillet 1936 face aux assassinats orchestrés par le gouvernement socialiste de l'époque. L'épiscopat espagnol est plus prompt que ses confrères français à obtenir la béatification des centaines de martyrs des révolutionnaires.

Entrada al Valle de los Caídos este domingo.

Retenciones a la entrada del monumento, en la sierra madrileña.
File d'attente sur la grand route en contre-bas de la montagne.

Le ministre de la Justice vient d'annoncer sa volonté de déclarer illégale la Fondation Francisco Franco, dont était présidente d'honneur feue la duchesse de Castro, fille du Généralissime. La mère de S.M. vient d'être officiellement reconnue par le ministère de la Justice du précédent gouvenement, le 31 mai dernier, comme la nouvelle titulaire du duché de Franco, créé le 26 novembre 1975, et dont devrait hériter un jour Madame, S.A.R. la princesse Eugénie, aînée des Enfants de France. Les partis politiques de gauche se battent actuellement en Espagne pour que ce titre soit aboli.


Le gouvernement n'a pu trouver trace d'acte de propriété de la tombe du Général Franco, ce qui retarde donc la mise en application de sa promesse électorale, et la famille Franco défendera coûte que coûte Francisco Franco, ses sept petits-enfants ayant déjà déclaré devant notaire, et demandé au prieur de l'abbaye d'exprimer au Saint-Siège, leur opposition à une exhumation. Rappelons que ce fut S.M. le roi Jean-Charles Ier qui décida l'inhumation de son Régent dans le choeur de la basilique. L'archidiocèse de Madrid aurait également son mot à dire, du fait de l'accord entre l'Etat espagnol et le Saint-Siège lors de l'érection de la basilique. 

Comme à chaque agression gouvernementale, ce sont des milliers d'Espagnols qui font le chemin (près d'une centaine d'autobus dimanche dernier) vers ce monument aux morts de la terrible Guerre civile, où reposent des combattants des deux camps.

El Valle de los Caídos será el centro de atención este domingo.

Félicitons notre Roi pour son courage et prions pour lui, face à une presse libérale qui l'attaque évidemment à coeur joie. Il a été accueilli dans l'allégresse par la foule qui lui a crié : "Don Alfonso, eres nuestro Rey" (Don Alphonse, tu es notre Roi !), ce que nous ne manquons pas de nous exclamer avec elle !
"Cette immense Croix représente la réconciliation des deux Espagnes. Il n'y avait qu'une Espagne qui a progressé avec bonheur, fière de son passé et pleine d'espoir pour son avenir.
Mais le ressentiment nous conduit encore une fois à éveiller les haines rances.
L'histoire condamnera celui qui profanera ce grand Temple, non pas à cause de la taille de la croix, mais à cause de l'étreinte fraternelle qu'elle représente, accueillant sous ses bras un seul peuple réconcilié.
Il n'y a pas d'autre chemin et nos parents le savaient".
Louis XX, 


L’image contient peut-être : nuage, ciel et plein air

Victoire, tu règneras ! Ô Croix, tu nous sauveras !

Citation

« Parlez d’ordre tant qu’il vous plaira. Aussi longtemps que vous violerez publiquement la loi de Dieu et de son Eglise, vous resterez anarchistes au premier chef ».

Cardinal Pie.

17 juillet


Prions pour (et avec) la Russie



« La Russie catholique, c'est la fin de l'islam et le triomphe définitif de la Croix sur le Bosphore, sans péril aucun pour l'Europe ; c'est l'empire chrétien d'Orient relevé avec un éclat et une puissance qu'il n'eut jamais ; c'est l'Asie évangélisée non plus seulement par quelques prêtres pauvres et isolés, mais avec le concours d'une autorité plus forte que celle de Charlemagne. C'est enfin la grande famille slave réconciliée dans l'unité de Foi et d'aspirations, ce sera le plus grand événement du siècle qui la verra s'accomplir et changera la face du monde. » 
(Rme D. A. Guépin - Année Liturgique Dom Guéranger, 14 nov.)


Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé"« Vous avez vu l’enfer, où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, Dieu veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur immaculé. Si l’on fait ce que je vais vous dire, de nombreuses âmes obtiendront le salut et auront la paix. La guerre va finir, mais si on ne cesse pas d’offenser Dieu… une autre, bien pire, commencera. Lorsque vous verrez une nuit éclairée par une lumière inconnue, sachez qu’il s’agit du grand signe que Dieu vous donne qu’il va punir le monde de ses crimes par le moyen de la guerre, de la famine et des persécutions contre l’Eglise et le Saint-Père. Pour l’empêcher, je viendrai demander la consécration de la Russie à mon Cœur immaculé et la Communion réparatrice des premiers samedis. Si on répond à mes demandes, la Russie se convertira et on aura la paix ; sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde, provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, plusieurs nations seront anéanties. Finalement, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira, et il sera accordé au monde un certain temps de paix. Au Portugal se conservera toujours le dogme de la foi. Etc. Cela ne le dites à personne. A Francisco, oui, vous pouvez le dire ».
Notre-Dame à Fatima.

Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé"

Prière de consécration du monde au Coeur Immaculé de Marie
par le vénérable pape Pie XII

Reine du Très Saint Rosaire, secours des chrétiens, refuge du genre humain, victorieuses de toutes les batailles de Dieu, nous voici prosternés suppliants aux pieds de votre trône, dans la certitude de recevoir les grâces, l’aide et la protection opportunes dans les calamités présentes, non en vertu de nos mérites, dont nous ne saurions nous prévaloir, mais uniquement par l’effet de l’immense bonté de votre cœur maternel.

Résultat de recherche d'images pour "pie xii"
C’est à vous, c’est à votre Cœur immaculé, qu’en cette heure tragique de l’histoire humaine, nous nous confions et nous nous consacrons, non seulement en union avec la Sainte Église – corps mystique de Votre Fils Jésus – qui souffre et verse son sang, en proie aux tribulations en tant de lieux et de tant de manières, mais en union aussi avec le monde entier, déchiré par de farouches discordes, embrasé d’un incendie de haine et victime de ses propres iniquités.

Laissez-vous toucher par tant de ruines matérielles et morales, par tant de douleurs, tant d’angoisses de pères et de mères, de frères, d’enfants innocents, par tant de vies fauchées dans la fleur de l’âge, tant de corps déchiquetés dans l’horrible carnage, tant d’âmes torturées et agonisantes, tant d’autres en péril de se perdre éternellement.

Ô Mère de Miséricorde, obtenez-nous de Dieu la paix, et surtout les grâces qui peuvent en un instant convertir le cœur des hommes, ces grâces qui préparent, concilient, assurent la paix ! Reine de la paix, priez pour nous et donnez au monde en guerre la paix après laquelle les peuples soupirent, la paix dans la vérité, dans la justice, dans la charité du Christ. Donnez-lui la paix des armes et la paix des âmes, afin que, dans la tranquillité de l’ordre s’étende le règne de Dieu. Accordez votre protection aux infidèles et à tous ceux qui gisent encore dans les ombres de la mort ; donnez-leur la paix ; faites que se lève pour eux le soleil de la Vérité et qu’ils puissent avec nous, devant l’unique Sauveur du monde, répéter : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur terre aux hommes de bonne volonté ! » (Luc II, 14).

Aux peuples séparés par l’erreur ou par la discorde, particulièrement à ceux qui professent pour vous une singulière dévotion et chez lesquels il n’y avait pas de maison qui n’honorât votre vénérable icône (peut-être aujourd’hui cachée et réservée pour des jours meilleurs), donnez la paix et reconduisez-les à l’unique bercail du Christ, sous l’unique vrai Pasteur.

Obtenez à la Sainte Église de Dieu une paix et une liberté complètes ; arrêtez les débordements du déluge néo-païen ; développez dans le cœur des fidèles l’amour de la pureté, la pratique de la vie chrétienne et le zèle apostolique, afin que le peuple des serviteurs de Dieu augmente en mérite et en nombre.

Enfin, de même qu’au Cœur de votre Fils Jésus furent consacrés l’Église et le genre humain tout entier, afin que, toutes les espérances étant placées en lui, Il devînt pour eux signe et gage de victoire et de salut, ainsi et pour toujours nous nous consacrons à vous, à votre Cœur Immaculé, ô notre Mère et Reine du monde, pour que votre amour et votre protection hâtent le triomphe du règne de Dieu et que toutes les nations, en paix entre elles et avec Dieu, vous proclament bienheureuse et entonnent avec vous, d’une extrémité du monde à l’autre, l’éternel Magnificat de gloire, d’amour, de reconnaissance au Cœur de Jésus en qui seul elles peuvent trouver la Vérité, la vie et la paix. Ainsi soit-il.

Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé"

Coeur Immaculé de Marie, recevez la Russie que nous vous consacrons autant qu'il est en nous.


Résultat de recherche d'images pour "coeur immaculé"

« A la fin, mon Cœur Immaculé triomphera. Le Saint Père me consacrera la Russie qui se convertira, et un certain temps de paix sera accordé au monde ».

Lettre du Prieur de la Confrérie Royale

1918 - 17 juillet - 2018

Centenaire du martyre de la 

Famille impériale russe


Icône sainte famille impériale russe.jpg

Icône de la famille impériale russe martyre

Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers le petit matin, dans la cave de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg, petite ville de l'Oural, Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas IIAleksandrovitch et la Tsarine Alexandra Feodorovna, ainsi que leurs cinq enfants : les grandes duchesses Olga, Tatiana, Maria et Anastasia et le Tsarévitch Alexis furent horriblement massacrés, puis leurs corps furent jetés dans une fosse à quelque deux kilomètres de là.
Il n'est point dans mon intention de relater les détails de cette abominable boucherie, ni même de rappeler les circonstances qui ont conduit à la chute de l'empire des Romanov.

Je veux en revanche insister sur le fait que, selon les paroles de Notre-Dame de Fatima quelques mois plus tôt, l'écroulement de cet empire russe chrétien, allait permettre que la Russie répandrait ses erreurs dans le monde provoquant guerres et persécutions.
A la suite de la famille impériale martyre, des centaines de milliers de moines, de moniales, de fidèles adultes et enfants, en Russie puis dans tous les pays où le communisme triomphant exporta ses doctrines abominables, derrière les rideaux de fer ou de bambou et sur tous les continents, ont subi le martyre sanglant en raison de leur fidélité au Christ.

Je veux en revanche insister sur le fait que les deux révolutions russes (1905 et 1917), ne sont que les filles et les épigones de l'abominable révolution de 1789, et que les bourreaux de 1917 et des décennies suivantes ne sont que les successeurs et continuateurs de ceux qui ont conduit à l'échafaud Leurs Majestés le Roi Louis XVI et la Reine Marie-Antoinette, Madame Elisabeth, les Bienheureuses Martyres d'Orange, les Bienheureuses Ursulines de Valenciennes, les Bienheureuses Filles de la Charité d'Arras, les Bienheureuses Carmélites de Compiègne (dont la fête liturgique se trouve justement en ce 17 juillet), et tant de milliers d'autres connus ou anonymes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fait mourir à petit feu emmuré Sa Majesté le Roi Louis XVII, ou confiné plusieurs milliers de religieux et de prêtres dans les pontons des navires-mouroirs de Rochefort ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont fusillé et percé de baïonnettes les Bienheureux Martyrs d'Angers et d'Avrillé, les milliers de défenseurs de Lyon s'insurgeant contre la Convention ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont brûlé vifs les villageois et les tout petits enfants des Lucs sur Boulogne et les habitants de nombreux bourgs de nos bocages et de nos campagnes ; les successeurs et continuateurs de ceux qui ont égorgé avec une liesse satanique les détenus des prisons et des hôpitaux de Paris en septembre 1792, ou organisé des noyades en série dans des mises en scène aussi cruelles qu'impudiques... etc. ...etc.

Je veux en revanche insister sur le fait que les millions de victimes des deux guerres mondiales du XXe siècle, ainsi que des guerres liées aux combats d' « unification nationale » au XIXe siècle (par exemple pour l'Italie et l'Allemagne), ou des guerres dites d'indépendance au XXe siècle, comme encore les millions de victimes de toutes les idéologies qui découlent des divers avatars du nationalisme (dont les plus célèbres sont le fascisme et le national socialisme hitlérien) – ce nationalisme vers lequel lorgnent pourtant certains catholiques qui, ce faisant, croient être contre-révolutionnaires ! -, toutes, absolument toutes, sont en fait des victimes de la révolution dite française continuée, exportée, diversifiée, démultipliée, à la manière des têtes sans cesse renaissantes d'une hydre sortie de l'enfer.
Je pourrai développer cette sanglante et sinistre litanie sur des pages et des pages encore...

La nuit prochaine, nuit de l'exact centième anniversaire du martyre de la famille impériale russe, le Patriarche orthodoxe Cyrille de Moscou conduira une imposante procession sur 21 km – oui, vous avez bien lu : sur 21 km ! - à Ekaterinbourg.
Certes, je ne suis pas orthodoxe et je ne méconnais ni ne minimise les obstacles doctrinaux qui empêchent l'unité et la pleine communion entre orthodoxes et catholiques, néanmoins je ne peux que souscrire et reprendre à mon propre compte et pour le compte de toute la Confrérie Royale cette déclaration du Patriarche Cyrille : « Lavés par le sang de nos martyrs nous devons devenir un autre peuple qui ne permettra jamais plus d’outrager ses valeurs sacrées, de se refuser à Dieu » ; et l'on voudrait qu'aujourd'hui en Occident et dans l'Eglise catholique romaine des évêques aient des convictions suffisantes et assez de courage pour tenir le même langage au sujet de la révolution de 1789 et de toutes ses continuations : pour tenir le même langage lorsqu'ils sont interrogés par nos médias pourris, pour tenir le même langage en face des politiques marionnettes des loges, pour tenir le même langage surtout dans nos églises et nos cathédrales dévastées par la crise moderniste en face de fidèles qui, dans leur écrasante majorité, ne professent plus que des bribes de la foi authentique révélée par Notre-Seigneur !
Mon Dieu, donnez-nous des évêques et des prêtres capables de prêcher la pénitence et l'expiation au sujet de la satanique révolution, et, ce faisant, entraînant les âmes vers une authentique conversion des intelligences, une authentique conversion des cœurs et une authentique conversion des mœurs pour que la pureté et l'intégralité de la foi divine soit restaurée non seulement dans les âmes mais dans la société tout entière !
Le but de la révolution en effet, en 1789 comme en 1917, a été de détruire les monarchies chrétiennes, remparts de l'Eglise et de la foi, ce pourquoi la seule véritable et nécessaire contre-révolution se fonde sur la conversion profonde des individus, des institutions et des sociétés pour restaurer dans leur pureté et leur splendeur spirituelle des Rois et des Princes authentiquement chrétiens, participant de toute leur légitimité et de toute leur volonté aux desseins rédempteurs et sanctificateurs de Dieu, dans l'ordre social et politique qui leur a été départi par la divine Providence.

J'ai cru nécessaire de le rappeler avec force à l'occasion du centième anniversaire du massacre de Leurs Majestés Impériales le Tsar Nicolas II Aleksandrovitch, la TsarineAlexandra Feodorovna, et leurs cinq enfants, authentiques martyrs comme la famille royale française lors de la grande révolution, parce que c'est en haine de la royauté chrétienne dont ils incarnaient les principes (malgré leurs faiblesses personnelles), en haine du Droit Divin, et donc en haine du Christ Notre-Seigneur, qu'ils ont été mis à mort.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur,
Prieur.
https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_7475328_201712014129914.jpg

16 juillet

image illustrative de l’article Notre-Dame du Mont-Carmel

Notre-Dame du Mont-Carmel, priez pour nous !

Discours du comte de Chambord le 5 juillet 1871

Manifeste du drapeau blanc


Résultat de recherche d'images pour "drapeau blanc royal"

    Français, 

Je suis au milieu de vous. Vous m’avez ouvert les portes de la France et je n’ai pas pu me refuser le bonheur de revoir ma patrie. Mais je ne veux pas donner, par une présence prolongée, de nouveaux prétextes à l’agitation des esprits si troublés en ce moment. Je quitte donc Chambord que vous m’avez donné et dont j’ai porté le nom avec fierté depuis quarante ans, sur les chemins de l’exil. En m’en éloignant, je tiens à vous le dire, je ne me sépare pas de vous, la France sait que je lui appartiens. Je ne puis décliner que le droit monarchique est le patrimoine de la nation, ni décliner les devoirs qu’il impose envers elle. Ces devoirs, je les remplirai, croyez-en ma parole d’honnête homme et de Roi. Dieu aidant, nous fonderons ensemble et quand vous le voudrez, sur les larges assises de la décentralisation administrative et des franchises locales, un gouvernement conforme aux besoins réels du pays. Nous donnerons pour garanties à ces libertés publiques auxquelles tout peuple chrétien a droit, le suffrage universel, honnêtement pratiqué, et le contrôle des deux chambres, et nous reprendrons en lui restituant son caractère véritable, le mouvement national de la fin du dernier siècle. Une minorité révoltée contre les vœux du pays en a fait le point de départ d’une période de démoralisation par le mensonge et de désorganisation par la violence. Ses criminels attentats ont imposé la révolution à un pays qui ne demandait que des réformes et l’ont dès lors poussé vers l’abîme où hier elle eut péri, sans l’héroïque effort de notre armée. Ce sont les classes laborieuses, ces ouvriers des champs et des villes, dont le sort a fait l’objet de mes plus vives préoccupations et de mes plus chères études, qui ont le plus souffert de ce désordre social. Mais la France, cruellement désabusée par des désastres sans exemples, comprendra qu’on ne revient pas à la vérité en changeant d’erreur, qu’on n’échappe pas par des expédients à des nécessités éternelles. Elle m’appellera et je viendrai à elle tout entier, avec mon dévouement, mon principe et mon drapeau. A l’occasion de ce drapeau, on m’a imposé des conditions que je ne doit pas subir.

   FRANCAIS ! Je suis prêt à tout pour aider mon pays à se relever de ses ruines et à reprendre son rang dans le monde. Le seul sacrifice que je ne puisse lui faire est celui de mon honneur. Je suis et je veux être de mon temps, je rends un sincère hommage à toutes ses grandeurs, et quelle que fut la couleur du drapeau sous lequel marchaient nos soldats, j’ai admiré leur héroïsme, et rendu grâce à Dieu de tout ce que leur bravoure ajoutait aux trésors des gloires de la France. Entre vous et moi, il ne doit subsister ni malentendu, ni arrière-pensée. Non, je ne laisserai pas, parce que l’ignorance ou la crédulité auront parlé de privilèges, d’absolutisme, ou d’intolérance, que sais-je encore? de dîme, de droits féodaux fantômes, que la plus audacieuse mauvaise foi essaie de ressusciter à vos yeux, je ne laisserai pas arracher de mes mains l’étendard d’Henri IV, de François Ier et de Jeanne d’Arc. C’est avec lui que vos pères, conduits par les miens, ont conquis cette Alsace et cette Lorraine dont la fidélité sera la consolation dans nos malheurs. Il a vaincu la barbarie sur cette terre d’Afrique, témoin des premiers faits d’armes des princes de ma famille. C’est lui qui vaincra la barbarie nouvelle dont le monde est menacé. Je le confierai sans crainte à la vigilance de notre armée : il n’a jamais suivi, elle le sait, que les chemins de l’honneur. Je l’ai reçu comme un dépôt sacré du vieux Roi mon aïeul, mourant en exil. Il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente, il a flotté sur mon berceau et je veux qu’il ombrage ma tombe.

Dans les plis glorieux de cet étendard sans tache, je vous apporterai l’Ordre et la Liberté.

Henri V ne peut abandonner le drapeau blanc d’Henri IV.

Chambord, 5 Juillet 1871
Henri

Résultat de recherche d'images pour "étendard jeanne d'arc"

Maison de France

Décès du prince Michel de Bourbon-Parme

File:Blason fr Bourbon-Parme (petites armes).svg

S.A.R. le prince Michel de Bourbon-Parme, né en 1926, prince du sang et de Parme, fils de René de Bourbon-Parme, est décédé ce 7 juillet 2018. Frère cadet de feue la reine Anne de Roumanie (décédée en 2016), militaire ayant notamment lutté contre le communisme en Indochine, il était aussi homme d'affaires et coureur automobile. Il était père de six enfants, dont S.A.R. le prince Charles-Emmanuel. Il sera enterré ce 13 juillet en l'église Saint-Louis des Invalides.


> Biographie : ici.

De profundis clamavi ad te, Domine, Domine, exaudi vocem meam.
Fiant aures tuæ intendentes in vocem deprecationis meæ.
Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ?
Quia apud te propitiatio est, et propter legem tuam sustinui te, Domine.
Sustinuit anima mea in verbo ejus, speravit anima mea in Domino.
A custodia matutina usque ad noctem, speret Israël in Domino.
Quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio.
Et ipse redimet Israël ex omnibus iniquitatibus ejus.
Requiem aeternam dona eis Domine, et lux perpetua luceat eis.
V/ A porta inferi.
R/ Erue, Domine, animam ejus.
V/ Requiescat in pace.

R/ Amen.
V/ Domine exaudi orationem meam.
R/ Et clamor ad Te veniat.
Oremus.
Deus, cui próprium est miseréri semper et párcere, te súpplices exorámus pro anima fámuli tui Michaelis, quam hodie de hoc sǽculo migráre iussísti : ut non tradas eam in manus inimíci, neque obliviscáris in finem, sed iúbeas eam a sanctis Angelis súscipi, et ad pátriam paradísi perdúci ; ut quia in te sperávit et crédidit, non pœnas inférni sustíneat, sed gáudia ætérna possídeat. Per Christum Dóminum nostrum. 
R/ Amen.

Portugal

La fille du roi de Portugal 

titrée duchesse de Coimbra



À l’occasion de son investiture dans l’Ordre Royal de Sainte Elisabeth (fondé en 1801) à Coimbra pour ses 21 ans, S.A.R. la princesse Marie-Françoise d'Orléans-Bragance a été titrée "duchesse de Coimbra". La fille de S.M. le roi titulaire de Portugal récupère ainsi le titre créé en 1415 et laissé vacant l'an dernier à la mort de D. Henrique, frère de Mgr le duc de Bragance et dont elle était la filleule. (N&B)

Drapeau de Coimbra

Famille royale

Dona Carmen

confirmée duchesse de Franco

File:Coat of Arms of the 1st and 2nd Duchesses of Franco, Spanish Grandee.svg


« ORDRE JUS/708/2018, du 31 mai, portant expédition, sans préjudice de tiers de meilleur droit, Lettre Royale de Succession au titre de Duc de Franco, avec Grandesse d’Espagne, en faveur de doña Maria del Carmen Martínez-Bordiú Franco. 
Conformément à ce qui est prévu au Décret Royal du 27 mai 2012, ce Ministère, au nom de S. M. le Roi, expédie, sans préjudice de tiers de meilleur droit, Lettre Royale de Succession au titre de Duc de Franco, avec Grandesse d’Espagne, en faveur de doña María del Carmen Martínez-Bordiú Franco, à la suite du décès de sa mère, doña Carmen Franco Polo 
Madrid, le 31 mai 2018.- Le Ministre de la Justice, Rafael Catalá Polo ».

Malgré les cris d'orfraie de la gauche outre-pyrénéenne, ce titre confirmé mercredi dernier dans le Bulletin officiel devrait, selon la volonté de S.Exc. Dona Carmen, revenir un jour à sa petite-fille, Madame, S.A.R. la princesse Eugénie, fille aînée de S.M. le Roi.

« Ce que certains détruisent, d’autres le restaurent... »

Deux allocutions
de
Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou,
de jure  Sa Majesté le Roi Louis XX
prononcées à Paris le vendredi 6 juillet 2018
à l'occasion
d'une journée commémorant le
deuxième centenaire du rétablissement de la statue d'Henri IV au Pont-Neuf

Armes de France & Navarre

En 1605, la ville de Paris pour remercier Sa Majesté le Roi Henri IV de tous ses bienfaits et en particulier des travaux d'urbanisme accomplis par lui dans ce quartier (aménagement de la Place Royale - aujourd'hui Place Dauphine -, achèvement du Pont-Neuf et percement de la rue Dauphine) commanda une statue équestre du Roi qui fut achevée et inaugurée seulement après sa mort, en 1614. 
Cette première statue fut mise à bas et fondue par l'impiété et le vandalisme révolutionnaires. Cependant dès le 3 mai 1814, jour de l'entrée triomphale de Sa Majesté le Roi Louis XVIII dans Paris, une statue provisoire avait été placée en ce lieu avec cette dédicace : « Le retour de Louis fait revivre Henri »
Le 25 août 1818, en la fête de Saint Louis, ce provisoire prenait fin et l'on inaugura, dans une grande liesse populaire, une nouvelle statue de bronze du premier Roi Bourbon sur le Pont-Neuf, portant une dédicace latine qui se traduit ainsi : « La statue révérée du très illustre roi Henri le Grand, qui avait été un père pour son peuple, fut jetée à bas, à l'indignation de la France, au cours de la révolution. Après le retour souhaité de Louis XVIII, des citoyens issus de tous les ordres se cotisèrent et la rétablirent, ainsi que l'inscription honorifique détruite en même temps que la statue, qu'ils firent graver de nouveau dans la pierre. Fait le 25 août 1818. »
Le 25 août 2018 marquera donc l'exact deuxième centenaire du rétablissement de la statue d'Henri IV au Pont-Neuf.
Devançant cette date, ce vendredi 6 juillet 2018, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, aîné de tous les descendants d'Henri IV, et de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, est venu à Paris pour y présider une cérémonie commémorative, et assister à deux conférences à caractère historique données dans un cercle restreint.

Vous trouverez ci-dessous l'essentiel du texte des deux allocutions prononcées par notre Souverain légitime en ces circonstances.

Statue d'Henri IV au Pont-Neuf

« Ce que certains détruisent, d’autres le restaurent... »
(allocution au Pont-Neuf devant la statue d'Henri IV)

« (...) Cette cérémonie du bicentenaire du rétablissement de la statue du Roi Henri IV sur le Pont Neuf m’amène à plusieurs réflexions : La première sur l’acte lui-même, dont  deux enseignements se dégagent, la seconde sur le roi Henri IV.

Lorsque les révolutionnaires en 1792, mirent bas la statue de celui qui, jusqu’alors, était considéré comme le bon roi Henri IV, sans doute ne pensaient-ils pas que leur geste, vingt-cinq ans après, serait effacé par celui de Louis XVIII qui rétablit devant une foule nombreuse la statue, à son emplacement, c’est-à-dire au cœur de Paris.

Ce geste prouvait la fidélité du Roi et de la Ville de Paris qui avait commandé la statue en 1605, mais surtout ce rétablissement rappelait qu’en politique tout est possible. Ce que certains détruisent, d’autres le restaurent dès lors qu’ils ont foi en ce qu’ils font et en leur mission. N’est-ce pas là quelque chose de toujours actuel.

Les parisiens et le Roi Louis XVIII voulaient honorer l’œuvre d’Henri IV,  l’homme de la paix rétablie après trente ans de guerre civile et aussi l’homme de la pacification des cœurs. L’image d’Henri IV n’a jamais été ternie par les aléas de l’histoire et en 1610 lors de sa mort, en 1614 lors de l’érection de la première statue, en 1818 lors de son rétablissement comme aujourd’hui, il demeure le roi préféré des Français (...).

Mais cette cérémonie est l’occasion d’évoquer un autre aspect de la personnalité du Roi. Nous sommes aujourd’hui  avec  l’Amicale régimentaire qui maintient le souvenir et la tradition du Royal Navarre, devenu en 1790 le 5ème Régiment d’Infanterie. Cette unité dont Henri de Navarre fut le premier Colonel, a combattu sur tous les champs de bataille, durant plus de quatre siècles, prouvant que la France transcende les aléas de la politique (...).

Ainsi le Roi apparait là sous son autre facette. Grand dans la Paix il le fut aussi dans la guerre. Chef vaillant et audacieux il savait que la paix et la sécurité des peuples ne s’obtiennent que si l’on maintient la garde haute. Pas de faiblesse pour les ennemis car sinon c’est le peuple qui  souffre !

C’est par là aussi que le roi est grand et le demeure dans la mémoire collective.

La gerbe que nous allons déposer au pied de sa statue est, ainsi, triplement symbolique : elle honore le roi, elle rend hommage à son héritier direct le roi Louis XVIII, elle permet de se souvenir que notre avenir s’écrit à travers la mémoire collective d’un peuple qui en honorant ses grands hommes et leurs vertus,  témoigne de son espoir pour demain.

Merci de m’avoir écouté. »



Henri IV : grand dans la paix comme dans la guerre !
(allocution avant les conférences)

« (...) Après la belle et émouvante commémoration de ce matin sur le Pont-Neuf (...), nous voici réunis toujours autour de la grande figure d’Henri IV pour entendre deux conférences (...).

Elles vont éclairer deux aspects de la personnalité du grand Roi : d’un côté l’homme des premiers grands travaux parisiens et, de l’autre, le chef militaire qui a su réconcilier des troupes qui durant trente ans avaient combattu les unes contre les autres. Il est intéressant de noter que ces deux actions participaient chacune à leur manière, à rétablir la paix et la concorde entre tous les Français, ce qui était son vrai programme politique. Il fallait oublier trente ans de guerres civiles avec tous les drames que cela avait suscité. Cela passait par la prospérité à retrouver, mais aussi par une paix des cœurs à obtenir.

Cette dernière n’est-elle pas la plus difficile à réaliser après tant de maux endurés qui pouvaient sembler indélébiles !  L’Armée et l’engagement des siens pouvant aller jusqu’au sacrifice de leur vie,  est, plus facilement que tout autre institution, le creuset de ces grandes réconciliations. La France l’a observé à plusieurs reprises, mais sans doute est-ce Henri IV qui, le premier, l’a compris et l’a mis en pratique. La communication du Professeur Hervé Drévillon va donc, pour nous tous, être d’un grand intérêt et je le remercie d’avoir bien voulu être des nôtres aujourd’hui.

Mes remerciements vont aussi au Professeur Jean-Pierre Babelon. Nous nous connaissons depuis de longues années et, cher professeur, vous êtes celui qui m’a permis de suivre et de comprendre la question de l’authentification de la tête d’Henri IV. Elle ne fait plus de doute désormais. Je vous en remercie et j’espère que la dépouille royale retrouvera la place qui lui revient.

Aujourd’hui vous allez parler du rôle du Roi vis-à-vis de Paris. Vous avez consacré de nombreux travaux à cette question. Si le roi avait fait la paix, il voulait aussi que cela se voit en donnant à Paris, très éprouvé par la guerre, du confort, de la sécurité et de la beauté.
Ce matin nous étions sur le Pont-Neuf, à côté de la Place Dauphine, des lieux encore témoins de son travail d’urbaniste. Ces lieux existent en fait dans tout Paris marquée par l’œuvre du Roi. Il a le premier créé la tradition des souverains soucieux de leur capitale.
Le bicentenaire du rétablissement de la statue d’Henri IV qui avait été abattue par les révolutionnaires est ainsi l’occasion, une nouvelle fois, d’honorer la mémoire du Roi qui demeure, dans la conscience collective, le plus aimé par les Français pour avoir été grand dans la Paix comme dans la guerre ; dans le combat comme dans le pardon, sachant réconcilier et faire l’unité pour le bien commun.

Une œuvre se juge par les fruits qu’elle porte. Celle d’Henri IV en est un bel exemple.

Merci à vous tous, Messieurs les Universitaires et vous les organisateurs, de nous donner l’occasion, en cette journée commémorative de celle de 1818, de nous le rappeler. Puisse cet exemple inspirer les uns et les autres et continuer à servir de modèle. Commémorer sert à faire mémoire des grandes actions pour inspirer le présent.

Henri IV demeure un roi d’hier comme de demain !

Merci. »

Détail de la statue équestre d'Henri IV au Pont-Neuf