Belgique

31 juillet 1993-31 juillet 2018

25e anniversaire de la 

mort du roi Baudouin Ier 

Résultat de recherche d'images pour "roi des belges armes"

Voici 25 ans, au cœur de l’été, le roi Baudouin de Belgique s’éteignait dans sa résidence de Motril, en Andalousie. Une mort brutale, qui frappa aussi au cœur son royaume et ses sujets. 

Orphelin de mère à 5 ans – la reine Astrid fut tuée dans un accident de voiture en Suisse, à 29 ans – Baudouin monta sur le trône à l’âge de 21 ans, suite à l’abdication de son père Léopold III, après une grave crise politique – la fameuse Question royale (koningskwestie). Le jeune roi pouvait sembler n’avoir aucune expérience et être trop jeune pour gouverner un pays profondément divisé. Et pourtant, sa grandeur d’âme, son courage inextinguible, et surtout sa générosité et sa profonde charité ont su gagner à lui tous les cœurs et réparer, en quatre décennies de règne, la grande fracture du peuple belge. « L’union fait la force » dit la devise du royaume de Belgique. Eh bien, c’est la force de Baudouin, qui a refait l’union de la Belgique, en dépit des bouleversements économiques et culturels qui ont, malheureusement, attaqué aussi le pays comme ses voisins européens ; en dépit des nombreuses crises gouvernementales qui ont prouvé que seule la monarchie peut faire l’unité d’un jeune royaume composé de trois groupes linguistiques. 


Mais d’où vient cette force de Baudouin, digne successeur des grands Baudouins de Flandre du Moyen âge ? Elle vient de ce qu’on n’ose plus dire depuis tant d’années, de ce qu’on veut cacher au nom de la laïcité et de la tolérance, de ce qu’on veut taire par pur respect humain. Cette force de Baudouin venait de sa foi chrétienne, une foi profonde, ancrée viscéralement depuis son enfance ; une foi grandie et perfectionnée par son mariage, en 1960, avec la comtesse espagnole Fabiola de Mora y Aragón, un mariage chrétien exemplaire traversé de joies mais aussi d’épreuves, notamment l’impossibilité de donner un héritier au trône belge. 


Cette foi, Baudouin et Fabiola ont su la communiquer autour d’eux par un rayonnement qui, 25 ans après le rappel à Dieu du souverain, demeure avec émotion dans la mémoire de leurs nombreux sujets. Attaché à la morale chrétienne, qu’il n’a cessé de défendre tout au long de son règne, au point de s’affronter à certains gouvernements libéraux et socialistes, il a aussi donné l’exemple de la miséricorde à l’égard des malades et des handicapés, mais aussi des pauvres et des marginaux, dont le nombre croissant témoigne de plus en plus la désagrégation du modèle économique et social imposé après la seconde Guerre mondiale. 

Sa dévotion à Notre-Dame, qu’il appelait affectueusement sa « Maman du Ciel », était aussi un pilier de sa vie spirituelle, lui qui aurait voulu entrer dans les ordres. Il sacrifia ce pieux dessein aux intérêts de la Couronne et son règne fut un peu comme un sacerdoce : il se dévoua jusqu’à la fin au bien commun de son peuple, mais sans jamais quitter du regard le Ciel. Il allait à la messe chaque jour, se confessait régulièrement et profitait d’un week-end de détente pour rejoindre quelque abbaye ou monastère pour jouir de la prière et du silence des moines. 


Dans son homélie prononcée à l’occasion des funérailles du roi Baudouin, le 7 août 1993, en la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule de Bruxelles, le cardinal-archevêque de Malines affirmait que le secret du roi « c'était son Dieu, qu'il aimait à la folie et dont il était si aimé. Sous le feuillage de ses activités publiques et politiques, coulait une source calme et cachée: c'était sa vie en Dieu... Pendant que le Roi servait les hommes, il ne cessait de penser à Dieu. Dans chaque visage humain qui se présentait à lui, il discernait le visage du Christ. » Une belle épitaphe pour un modèle de roi chrétien de notre temps !


La Confrérie royale vous invite à réciter le psaume De profundis pour le repos de l'âme du roi des Belges.


De profundis clamavi ad te, Domine, Domine, exaudi vocem meam.
Fiant aures tuæ intendentes in vocem deprecationis meæ.
Si iniquitates observaveris, Domine, Domine, quis sustinebit ?
Quia apud te propitiatio est, et propter legem tuam sustinui te, Domine.
Sustinuit anima mea in verbo ejus, speravit anima mea in Domino.
A custodia matutina usque ad noctem, speret Israël in Domino.
Quia apud Dominum misericordia, et copiosa apud eum redemptio.
Et ipse redimet Israël ex omnibus iniquitatibus ejus.
Requiem aeternam dona eis Domine, et lux perpetua luceat eis.

V/ A porta inferi.
R/ Erue, Domine, animam ejus.

V/ Requiescat in pace. R/ Amen.

V/ Domine exaudi orationem meam.
R/ Et clamor ad Te veniat.

Oremus. Deus, indulgentiárum Dómine : da ánimæ fámuli tui Balduini Regis, cuius anniversárium depositiónis diem commemorámus, refrigérii sedem, quiétis beatitúdinem et lúminis claritátem. Per Dóminum. R/ Amen.

Annonce d'une naissance dans la Famille royale

https://static.blog4ever.com/2015/09/808010/artfichier_808010_5588522_201604021049654.png

Chers membres et amis de la Confrérie Royale,

En ce dernier jour du mois de juillet, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d'Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Louis XX, a annoncé vers 16 h (heure de Paris) par une publication sur les réseaux sociaux, une naissance dans la famille royale pour 2019.

Nous reproduisons ci-dessous la photo et le texte mêmes publiés par notre Souverain légitime, et dès à présent nous allons prier pour cet Enfant de France, et confier très particulièrement à Notre-Dame la grossesse de notre Reine, afin qu'elle se passe sans difficultés et parvienne heureusement à terme.

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur,
Prieur.

annonce naissance royale.jpg

Texte publié par Monseigneur le Duc d'Anjou :

« Ma chère femme et moi sommes heureux d'annoncer que nous serons parents pour la quatrième fois. Nous sommes très excités de l'arrivée d'un nouveau membre dans la famille et nous remercions Dieu de nous avoir offert ce cadeau. »

Trois lys blancs

Citation

Résultat de recherche d'images pour "corruption"
"...Malice des institutions qui exigent qu'un ministre, pour pouvoir travailler, doive convaincre un à un jusqu'à la majorité les députés qui sont à cent lieues d'avoir en tête le pourquoi du comment de chaque acte du ministre, qui ne peuvent le savoir, qui sont eux-mêmes liés à la presse (information) et par leurs électeurs, par ceux qui leur ont permis d'obtenir le succès électoral (groupes d'influence, partis...).

Résultat de recherche d'images pour "hommage féodal"Villèle, s'il avait dû sa place comme son renvoi éventuel au roi et au roi seul, n'aurait eu cure d'acheter ses subordonnés : et le roi... il ne pouvait l'acheter que par un bon travail !"

Manifeste légitimiste.
Super Lune : les photos les plus spectaculaires de la lune bleue de sang

Citation

Résultat de recherche d'images pour "restauration louis xviii""S'il était logique qu'une institution révolutionnaire telle que les Chambres réalise le bien commun révolutionnaire, il était logique également que le roi très-chrétien, qui était une institution également, réalise le règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ. Toute l'histoire de la Restauration est dominée par cette dualité".
Manifeste légitimiste.

25 juillet

L’image contient peut-être : 2 personnes

Fête Saint Jacques le Majeur de Compostelle

"Santiago Apôtre, patron de l'Espagne, de l'arme de cavalerie et de l'armée de terre, aidez-nous à défendre l'unité de l'Espagne, son histoire, sa culture, sa fidélité à ses racines chrétiennes et le bien de ses familles".

Citation

"La Charte de 1815 avait maintenu une institution éminemment révolutionnaire et, ce qui est plus grave encore, sans que les royalistes en soient conscients, loin de là. [...]

Sans principes politiques, les royalistes n'ont pas su saisir "les implications et la portée" de ces institutions parce qu'ils ne savaient pas d'où elles venaient.

Le rapport de la Charte de 1815 avec les institutions du haut Moyen-Age est à peu près aussi ridicule que les rapports entre la république de 91 et la république romaine. [...]

De ces institutions des deux Chambres, de ces techniques "on perçoit mal au demeurant les implications et la portée, précisément parce que rien dans l'Histoire ne les justifie, parce qu'elles sont issues d'une dialectique du sentiment inaugurée par la philosophie du XVIIIe siècle, relayée par un romantisme ravageur épris de liberté, de progrès par et pour le peuple, par et pour l'homme. [...]

Ces deux Chambres étaient élues par le peuple pour tempérer l'autorité du roi, qui lui-même ne tenait son trône que par le droit exprimé par les Lois fondamentales".

Manifeste légitimiste.
Résultat de recherche d'images pour "charles x vivat rex"

Lettre du 25

Lettre aux membres et amis de la 
Confrérie royale
25 juillet 2018

Résultat de recherche d'images pour "sang jésus"

Le mystère du Sang versé 


Le mois de juillet est traditionnellement consacré au mystère du précieux Sang du Sauveur. 

Le Seigneur Jésus, Fils de Dieu, s’est fait homme pour assumer notre chair et notre âme et ainsi nous rejoindre en notre pauvre humanité blessée. Dieu fait homme, Il s’est offert Lui-même en offrande salutaire. Assumant tous les sacrifices de l’ancienne Alliance, le Roi des rois et Seigneur des seigneurs s’est offert Lui-même en holocauste d’agréable odeur à son Père pour notre Salut et celui du monde entier. Par cet unique et parfait sacrifice du Golgotha, une fois pour toute, l’humanité a été plongée dans l’infinie miséricorde de notre Dieu qui jaillit de chacune de ses plaies et de son Cœur transpercé. 

Le Docteur angélique, saint Thomas d’Aquin, nous rappelle qu’une seule goûte de ce Sang précieux aurait suffi à laver le monde de tous ses crimes. Pourtant, une goutte ne Lui suffit pas. Dans son Amour infini pour notre humanité blessée, c’est tout son Sang qu’Il versa pour nous et la multitude. Et Il ne cesse, d’âge en âge, de nous L’offrir par le moyen de ses prêtres quand nous venons participer à la divine liturgie et que nous communions au Saint Sacrement de l’autel, à la divine Eucharistie. 

Résultat de recherche d'images pour "sang jésus anges"

Tout au long du mois de juillet, nous sommes appelés à contempler la grandeur de l’amour infini de notre Dieu. Mystérieusement, les paroles acrimonieuses de la foule s’accomplirent comme promesse de Salut. Ils criaient : « A mort ! A mort ! Crucifie-Le ! ~ Que son Sang retombe sur nous et sur nos enfants ! ». Au lieu d’une juste vengeance, d’une seule parole qui aurait pu convoquer à l’instant-même des légions d’Anges pour l’annihilation de ce monde pécheur, notre Dieu laissa couler son Sang pour racheter tous les peuples de la terre et rendre la vie à ceux qui, comme le larron, ouvriraient leur cœur à son amour infini. Son Sang injustement versé couvre une multitude de péché car c’est, pour l’éternité, le sacrifice suprême de la charité. 

Si les gouvernements qui se succèdent depuis 1789 célèbrent le 14 juillet comme une grande fête de la libération du peuple français de l’ancien régime, de son carcan religieux et de ses antiques traditions ainsi que de ceux qui l’asservissaient, l’historien comme tout homme de bien ne peuvent que tristement constater l’effroyable boucherie sacrilège que fut la Révolution. 

Résultat de recherche d'images pour "révolution guillotine sang"

Des milliers de meurtres plus abominables les uns que les autres furent perpétrés au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité. Au nom des fameuses « valeurs » de la République naissante, on tuait, on pillait et on violait impunément. Hommes, femmes, vieillards ou enfants, ni rien ni personne ne pouvait trouver grâce aux yeux de ce nouveau Moloch prêt à engloutir l’humanité entière au nom de son idéologie meurtrière. Les églises étaient détruites. Les mystères sacrés, singés. Les saintes espèces, profanées. Les prêtres, religieux et consacrés, avilis avant d’être sauvagement exterminés. Ce fut jusqu’au principe-même de la France, son histoire, sa foi, sa famille royale qui incarnait dans sa chair notre pays ; tout fut odieusement et systématiquement souillé de manière sacrilège pour l’annihiler. 

Si le 14 juillet est un jour de deuil et de honte, le 17 juillet, lui, est pour nous source d’espérance et de joie. En 1794, seize femmes, seize bienheureuses carmélites du couvent de Compiègne offrirent leurs vies place de la Barriere du Trône renversé (aujourd’hui place de la Nation) pour le Salut et la paix de la France. Unissant leur sang au Sang du Sauveur, elles permirent la fin de la Terreur et de mettre un terme à la folie meurtrière de Robespierre qui fut guillotiné dix jours plus tard. 

Résultat de recherche d'images pour "carmélites compiègne"
Ô mon Dieu, écrivait un directeur de conscience à la bienheureuse Mère Thérèse de Saint-Augustin, ocd, une âme simple et touchée a tout réparé ; ô miséricordes divines, que vous êtes adorables ! Faite pour aimer Dieu sans réserve, livrez-vous toujours à l’attrait qui vous conduira toute à Lui, ne consultez que cet attrait, même au milieu des désolations que doit nécessairement produire la vue de quelque chute : commencez par aimer mieux, et finissez par aimer parfaitement. Le calvaire vaudra toujours mieux pour le ciel que tous les plaisirs. Que Dieu vous y fixe avec Lui, et nous donne la grâce d’y mourir comme Lui. 

Et la Bienheureuse Soeur Julie-Louise de Jésus, ocd, disait à ses sœurs : 
Nous sommes les victimes du siècle et nous devons nous immoler pour sa réconciliation avec Dieu. Une éternité de bonheur m’attend, hâtons-nous donc, courons vers ce terme, et souffrons volontiers pendant les courts moments de cette vie. Aujourd’hui la tempête gronde, mais demain nous serons dans le port (témoignage de Sr. Marie de l’Incarnation, ocd.). 

Le roi Louis XVI, dans son testament écrit à la prison du Temple le 25 décembre 1792, s’offrit à ses bourreaux dans le même esprit : 
Je plains de tout mon cœur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus-Christ suivant ce que la charité chrétienne nous l’enseigne. Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés. Je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai. Je pardonne de tout mon cœur à ceux qui se sont fait mes ennemis. Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gênes dont ils ont cru devoir user envers moi. 

Résultat de recherche d'images pour "louis xvi au temple"

Le mystère du Sang versé pour le pardon de l’humanité assuma tous les crimes et révoltes du monde. Puisque le Sang du Sauveur versé sur la Croix offrit le Salut au monde entier, prions pour que le sang de ses martyrs et de ses saints apporte le Salut et la paix à notre monde, à notre pays en particulier. 

Unissons nos prières et nos sacrifices pour le salut et la grandeur de la France. 

Qu’elle retrouve sa place dans le concert des nations et redevienne en vérité « Fille aînée de l’Eglise » ! 

Que Dieu bénisse la France, sa famille royale, et nous donne la grâce de Le servir de tout notre cœur ! 

Seigneur Jésus, ayez compassion de la France, daignez l’étreindre dans votre Amour et lui en montrer toute la tendresse. Faites que, remplie d’Amour pour vous, elle contribue à vous faire aimer de toutes les nations de la terre. Ô Amour de Jésus, nous prenons ici l’engagement de vous rester fidèles et de travailler d’un cœur ardent à répandre votre Règne dans tout l’univers. Ainsi soit-il. (prière dictée par le Seigneur Jésus au vénérable Marcel Van).
Résultat de recherche d'images pour "lys rouge refleurissant"

Citation

"Ce que je reproche à M. de Villèle, c'est d'être parvenu avec une adresse infinie à altérer les sentiments d'hommes qui avaient sacrifié jusque là tout à l'honneur, pour les entraîner dans les voies basses et quelquefois honteuses de l'intérêt personnel et du lucre".
Ferdinand de Berthier,
Souvenirs d'un ultraroyaliste (1815-1832).

"Remarquons bien - car ceci est important pour notre étude - que Berthier parle des sentiments corrompus, de la perte du sens de l'honneur que ces royalistes avaient acquis d'instinct en l'héritant de leurs aïeux. Berthier ne dit pas que leur raison était corrompue, tout simplement parce que, comme nous l'avons dit, ces hommes étaient guidés par les sentiments plus que par la raison : il n'y avait ni science ni conscience de la situation politique créée par les institutions chez ces royalistes qui, avec Chateaubriand, n'avaient pas su entendre Joseph de Maistre quand il écrivait : "Sachez être royalistes. Autrefois, c'était un instinct, aujourd'hui c'est une science", et qui n'avaient pas sur juger par les causes les institutions de la Charte".
Manifeste légitimiste.

Citation

"Decazes chassé et Louis XVIII défunt, les Ultras au pouvoir se montrèrent plus jacobins encore que Decazes lui-même, prouvant par là cette vérité qu'une institution vicieuse, même avec des hommes d'une monastique (morale personnelle) irréprochable, ne peut produire que des actions vicieuses, et que le seul remède réside dans l'épuration non des personnes mais des institutions".
Manifeste légitimiste.

Evénement


23 au 27 juillet 2018 –
Université d’été Saint-Louis,
organisée par l’UCLF

Jeunes, cadres et formation continue ouverte à tous les âges

Du lundi 23 juillet (16h), au vendredi 27 (14h)
Rendez-vous à Saint-Macaire (à coté de Bordeaux)

Les objectifs

Pour acquérir une vraie formation politique et devenir des combattants efficaces il s’agit de bien identifier :
  • ce pour quoi on se bat (connaissance de soi), la monarchie traditionnelle de droit divin,
  • ce contre quoi on se bat (connaissance de l’adversaire), les idéologies (libéralisme, nationalisme, socialisme), toutes filles de la Révolution et de sa religion la gnose.

Le programme

  • Dans l’esprit de camaraderie qui a fait son renom, retrouvez Faoudel, Gédéon, Savéan, et bien d’autres au cours
  • de conférences,
  • d’exposés,
  • d’ateliers.

Renseignements et inscriptions

Renseignements et demande d’inscription : saintlouis.univ@gmail.com
Tract de l’Université Saint-Louis 2018 : TractUSL2018

Citation

​"​Grande est la douleur qui remplit Notre âme à voir la manière dont, de nos jours, le peuple chrétien passe son après-midi les jours de fête. On remplit les lieux de spectacles et d’amusements publics, bien loin de se rendre comme il conviendrait aux édifices religieux. Tous, au contraire, doivent venir à nos églises pour s’y entendre enseigner la vérité de la foi catholique, pour y chanter les louanges de Dieu, pour y recevoir du prêtre la bénédiction eucharistique et y être réconfortés contre les adversités de cette vie par le secours du ciel​". 
Vénérable Pie XII, encyclique Mediator Dei.

22 juillet

Fête de sainte Marie-Madeleine


« Le dernier roi de France qui fit le pèlerinage des Saints-Lieux de Provence fut Louis XIV. Il arriva à Saint Maximin le 4 Février 1660 avec sa mère, Anne d’Autriche, et monta le lendemain jusqu’à la Sainte-Baume et au Saint Pilon. Au retour, il présida à la translation du corps de sainte Madeleine dans une urne porphyre qui avait été envoyée de Rome par le général des Frères Prêcheurs et qui fut placée sur le maître-autel, après que la châsse qu’elle devait contenir eût été ouverte, renfermée et scellée en présence du roi ».
H.D. Lacordaire

Citation

Résultat de recherche d'images pour "charles x vivat rex"

"A quelles causes attribuer la haine que son nom [Charles X, NDLR] souleva ? La cause est simple, elle est une. Charles X ne se contenta pas d'être le roi très-chrétien, il fut catholique. Dans toute la sincérité de son âme, il voulait mériter le beau nom de Fils aîné de l'Eglise. Là et rien que là se trouve l'explication de la catastrophe de juillet"
Crétineau-Joly.

Espagne

"La Valle de los Caidos est un monument de réconciliation et de prière. Dimanche dernier, nous avons assisté en famille à une mobilisation qui m'a paru très opportune, afin de prier pour l'avenir et l'unité de l'Espagne. J'ai voulu emmener mes enfants, auxquels j'essaie d'inculquer les valeurs en lesquelles je crois et qui me furent transmises. Sont également accourues des milliers de personnes venues de toute l'Espagne, même de l'étranger, afin de prier pour la paix, la réconciliation et le respect entre les Espagnols".
Louis XX
le 20 juillet 2018 au journal Divinity (Source).

“El Valle de los Caídos es un monumento de reconciliación y de oración. El domingo pasado asistimos en familia a una convocatoria que me pareció muy oportuna, para rezar por el futuro y la unidad de España. Quise llevar a mis hijos, a quienes trato de inculcar los valores en los que creo y que me fueron transmitidos. Igualmente, allí acudieron miles de personas venidas de toda España, incluso del extranjero, para orar por la paz, la reconciliación y el respeto entre los españoles

18 de julio

Prions pour l'Espagne

Foto: Luis Alfonso en la protesta del Valle de los Caídos.(EFE)

“¡El Valle no se toca!”


S.M. le Roi s'est rendu ce dimanche 15 juillet avec la Famille royale à la Messe de 11h célébrée par les Bénédictins de la basilique de la Sainte Croix, dans la Vallée de ceux qui sont Tombés, afin de prier pour l'avenir de l'Espagne, à l'appel du "Mouvement pour l'Espagne". 

S.M. le Roi défendant courageusement la mémoire de son bisaïeul, héros de l'Espagne.


Les religieux sont installés sur cette montagne depuis le 29 mai 1958 (60e anniversaire cette année), et le pape Jean XXIII vint lui-même célébrer la Dédicace de la basilique le 7 avril 1960. 

Visitas al Valle de los Caídos, los fines de semana de junio y julio.Lieu de réconciliation nationale, la Valle de los Caidos a vu ces derniers temps croître les visites d'Espagnols (103% soit 2500 personnes de plus chaque fin de semaine) désireux de manifester leur opposition - qui est celle d'un peu plus de la moitié du pays - à l'annonce par le nouveau gouvernement gauchiste de Pedro Sanchez de l'imminente exhumation (qualifiée d'infamie) du Généralissime, qui sauva l'Espagne et l'Eglise lors de la Guerre civile (1936-1939), par le sursaut national du 18 juillet 1936 face aux assassinats orchestrés par le gouvernement socialiste de l'époque. L'épiscopat espagnol est plus prompt que ses confrères français à obtenir la béatification des centaines de martyrs des révolutionnaires.

Entrada al Valle de los Caídos este domingo.

Retenciones a la entrada del monumento, en la sierra madrileña.
File d'attente sur la grand route en contre-bas de la montagne.

Le ministre de la Justice vient d'annoncer sa volonté de déclarer illégale la Fondation Francisco Franco, dont était présidente d'honneur feue la duchesse de Franco, fille du Généralissime et grand-mère de notre Roi. La mère de S.M. vient d'être officiellement reconnue par le ministère de la Justice du précédent gouvenement, le 31 mai dernier, comme la nouvelle titulaire du duché de Franco, créé le 26 novembre 1975, et dont devrait hériter un jour Madame, S.A.R. la princesse Eugénie, aînée des Enfants de France. Les partis politiques de gauche se battent actuellement en Espagne pour que ce titre soit aboli.


Le gouvernement n'a pu trouver trace d'acte de propriété de la tombe du Général Franco, ce qui retarde donc la mise en application de sa promesse électorale, et la famille Franco défendera coûte que coûte Francisco Franco, ses sept petits-enfants ayant déjà déclaré devant notaire, et demandé au prieur de l'abbaye d'exprimer au Saint-Siège, leur opposition à une exhumation. Rappelons que ce fut S.M. le roi Jean-Charles Ier qui décida l'inhumation de son Régent dans le choeur de la basilique. L'archidiocèse de Madrid aurait également son mot à dire, du fait de l'accord entre l'Etat espagnol et le Saint-Siège lors de l'érection de la basilique. 

Comme à chaque agression gouvernementale, ce sont des milliers d'Espagnols qui font le chemin (près d'une centaine d'autobus dimanche dernier) vers ce monument aux morts de la terrible Guerre civile, où reposent des combattants des deux camps.

El Valle de los Caídos será el centro de atención este domingo.

Félicitons notre Roi pour son courage et prions pour lui, face à une presse libérale qui l'attaque évidemment à coeur joie. Il a été accueilli dans l'allégresse par la foule qui lui a crié : "Don Alfonso, eres nuestro Rey" (Don Alphonse, tu es notre Roi !), ce que nous ne manquons pas de nous exclamer avec elle !
"Cette immense Croix représente la réconciliation des deux Espagnes. Il n'y avait qu'une Espagne qui a progressé avec bonheur, fière de son passé et pleine d'espoir pour son avenir.
Mais le ressentiment nous conduit encore une fois à éveiller les haines rances.
L'histoire condamnera celui qui profanera ce grand Temple, non pas à cause de la taille de la croix, mais à cause de l'étreinte fraternelle qu'elle représente, accueillant sous ses bras un seul peuple réconcilié.
Il n'y a pas d'autre chemin et nos parents le savaient".
Louis XX, 


L’image contient peut-être : nuage, ciel et plein air

Victoire, tu règneras ! Ô Croix, tu nous sauveras !