Citation

"Au point de vue religieux, l'échec auquel aboutit globalement l'enseignement des grands Ordres fut provoqué par l'assimilation des vérités dogmatiques à une philosophie rationalisante. En voulant "être modernes" à tout prix, les éducateurs en vinrent à trahir la volonté des familles, attachées au véritable enseignement de leur foi. Ces carences théologiques apparaissaient déjà dans l'enseignement des grands séminaires où l'on professait le culte d'un "Seigneur" qui n'était qu'un "philosophe" camouflé. Elles préparaient par degrés les jeunes intelligences, qui auront quarante ans en 1793, à ne point s'étonner du culte rendu dans Notre-Dame de Paris à la déesse Raison. Ainsi est-ce sous Louis XV, par un calcul de l'Eglise, manifesté surtout au niveau des grands Ordres, que se formera le réseau d'écoles brillantes qui diffuseront dans le corps français un sang pauvre de vie spirituelle, tandis que le clergé des séminaires se profanisera avec lenteur. Ces infiltrations, que l'on peut aujourd'hui tester au niveau d'une mutation du langage, modifieront le métabolisme mental des Français sans que le Roi pût mesurer immédiatement les conséquences du silence qui s'abattait sur le dogme. [...]
   Cet enseignement clérical, pauvre en substance spirituelle, facilita la Révolution. La poussée démographique incitait à trouver immédiatement des emplois modernes. Elle devint l'alibi de la modification des programmes".
Paul Del Perugia, Louis XV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire